Communiques
RESULTATS DE VENTES / Samedi 25 mai 2013 Retour sommaire
Drouot RichelieuSamedi 25 mai 2013
Coutau-Bégarie
Pas de communiqué Résultat de vente
Annonces de vente

Pour célébrer les 35 ans de sa disparition en 1978, la Société de Ventes Volontaires Coutau-Bégarie a décidé d’organiser la première vente aux enchères entièrement consacrée à Claude FRANÇOIS et à son univers. Une année entière aura été nécessaire pour constituer ce programme car les collectionneurs, toujours très nombreux, ne se séparent jamais facilement de leurs objets et documents. La Cloclomania est un culte voué à un artiste et, d’une certaine manière, une forme de religion…

 

Il est l’icône de la chanson populaire, l’une des figures les plus emblématiques de la France insouciante des années 60 et 70. Ses fameuses paillettes et ses célèbres Clodettes évoquent le kitch savamment mis en scène et le spectacle populaire de qualité. Dans notre inconscient collectif, des chansons comme Belles, belles, belles, Le Lundi au soleil et autres Alexandrie, Alexandra renvoient à l’image de la fête, aux couleurs acidulées et aux années heureuses des Trente Glorieuses. Des années cultes à la sauce yéyé, soul et disco.

 

Avec près de 67 millions de disques vendus depuis 1962, Claude François présente la singularité d’être l’un des rares chanteurs français à avoir vendu presque autant de disques à titre posthume que de son vivant. Ses chansons continuent de se transmettent de génération en génération et sont encore très régulièrement diffusées. Plus qu’un artiste, Claude François reste un mythe...

 

Une vente pour les fans, les collectionneurs et les curieux nostalgiques

 

Les fans et passionnés de reliques personnelles du chanteur seront comblés par la mise à l’encan d’une veste rouge lamée, réalisée par le couturier Camp de Luca et portée lors d’un concert d’adieux au théâtre Forest National de Bruxelles, le 11 janvier 1974 : une pièce maîtresse de l’univers haut en couleurs de Claude François (12 000 / 15 000 €).

 

Autre tenue, toujours signée par Camp de Luca : un costume noir aux revers garnis de paillettes, porté lors de deux émissions télévisées en 1977 lors de l’interprétation de la chanson Je vais à Rio (5 000 / 7 000 €).

 

Seront également proposées cinq rarissimes chemises de scène et de télévision (1966 à 1977), restées miraculeusement épargnées (700 / 1 000 € chacune). En effet, Claude François avait pour habitude de déchirer sa chemise lorsqu’il se produisait sur scène et d’en jeter les lambeaux à son public.

Un peignoir de scène en satin ainsi que de très nombreux objets personnels – accessibles pour toutes les bourses – complèteront cette collection.

 

Une relique insolite pour les inconditionnels

 

A ne pas manquer : une rarissime et authentique mèche de cheveux de Claude François, gagnée officiellement en 1966, lors d’un concours d’un Fan Club en Suisse. La mèche est scellée sur une carte de visite de l’artiste, contresignée par le chanteur lui-même pour en garantir sa provenance (3 000 €).

 

L’atmosphère du Moulin de Dannemois

 

Ceux ou celles qui voudraient retrouver l’atmosphère du Moulin de Dannemois, résidence secondaire et intime de l’artiste, pourront se disputer son mythique fauteuil en confessionnal en acajou, entièrement capitonné de cuir fauve. Il s’agit d’un siège de style George III, Angleterre, vers 1800. Claude François avait acquis ce porter’s chair en 1969 auprès d’un collectionneur britannique ; remarquée par tous les hôtes, cette guérite ne quitta jamais Dannemois, et s’est promenée dans toute la maison. Elle est très volumineuse, encombrante, mais elle me plaît… affirmait l’artiste à son propos. Sauvé in extremis de l’incendie du Moulin en 1973, ce fauteuil resta la propriété du chanteur jusqu’en 1978.

Entre 15 000 et 20 000 euros sont attendus pour ce mobilier emblématique de l’univers du moulin, immortalisé dans un plan-séquence du film Cloclo.

 

La photographie érotique

 

On ne saurait rendre hommage à Claude François sans évoquer une autre de ses facettes : son talent de photographe érotique. Sous le pseudonyme de François Dumoulin, l’artiste se lance  en 1975 dans la création d’un magazine voué à concurrencer le journal Play-Boy : le magazine Absolu, qui n’est lié, borné, retenu par rien (Littré). Le chanteur réalise des centaines de clichés – tous pris au Moulin – qui seront intégralement proposés sous leur forme de diapositives originales. On ne peut qu’être sensible aux jeux de lumière et au réel don de mise en scène qui évoque incontestablement l’esprit des années 70 et l’univers de David Hamilton.

 

Pour les fans de l’univers professionnel et musical de Cloclo

 

Disques rares, pressages particuliers et partitions musicales, pratiquement au complet, ponctueront le programme. Dédicaces, photos, cartes postales et disques dédicacés, tickets de concerts évoqueront le souvenir des tournées musicales du chanteur et de sa troupe.

Pour les collectionneurs plus pointus, un disque d’Or de 1977, certifié par SNEPA, ainsi que des bandes d’enregistrement originales de chansons (sous les labels Flèche et Philips) seront proposés. Les affiches de concerts, toujours très recherchées, seront au rendez-vous. Sans oublier les notes de service cinglantes – les fameuses consignes professionnelles dictées par Claude François à son personnel. La dernière, datée du 8 mars 1978, est un joli moment d’humour noir.

 

D’une étoile à une autre : Mylène Farmer.

 

Pour clôturer cette vente exceptionnelle, une tenue de Mylène Farmer, étoile montante de la chanson française des années 80 et star internationale incontestée aujourd’hui. Claude François n’aurait sans doute pas renié cette icône de la scène française à l’univers musical baroque et sulfureux et aux chorégraphies exceptionnelles.

 

Vente aux enchères publiques - Drouot - 9, rue Drouot :

Samedi 25 mai 2013

 

Expositions publiques  :

Vendredi 24 mai : 11h-18h

Samedi 25 mai 2013 : 11h-12h

CONTACTS