http://catalogue.drouot.com/ref-drouot/ventes-aux-encheres-drouot.jsp http://www.drouot.com/static/resultat_vente_encheres/liste.html
Hotel Drouot
Annonces de ventes
« À Drouot, l'émotion
est dans tous les instants
et dans toutes les salles. »
mardi 31 janvier 2017
Exceptionnel ensemble de majoliques provenant de la succession de Mme Jean-Pierre Guerlain
Beaussant Lefèvre
Expert : Michel Vandermeersch

La maison Beaussant Lefèvre dispersera une collection unique de majoliques provenant de la succession de Madame Jean-Pierre GUERLAIN. Il s’agit d’un événement sur le marché de la majolique qui ne manquera pas de s’inscrire dans l’histoire des grandes ventes de céramique.

Les Guerlain sont connus comme l’une des plus grandes familles de collectionneurs français du XXe siècle. Fidèles à cette tradition familiale, Jean-Pierre GUERLAIN et son épouse Christiane ont su conserver et enrichir avec talent cet ensemble de chefs-d’œuvre de la majolique. Toutes ces pièces de provenance illustre, issues de collections rassemblées au XIXe et au XXe siècle, ont été choisies tant pour leur rareté que pour leur beauté : que pourrions-nous trouver de plus superbe que ce visage de Bella sur une coupe de Castel Durante ou encore que ce profil stylisé de femme sur un albarello de Naples ?

Comme nous pouvons le remarquer, les attributions (mais non les époques) ont bien changé depuis les anciens ouvrages ou catalogues de vente, dans lesquels la plupart de ces pièces ont été reproduites. En effet, les nombreuses études menées ces dernières années par des chercheurs italiens et anglais ont permis de réattribuer et étayer les connaissances des productions de majolique des différents centres d’Italie et de Toscane. Les collectionneurs venus du monde entier sauront apprécier cet ensemble de majoliques de la main des plus grands céramistes de la Renaissance italienne. Ce remarquable ensemble est composé de :

  • Cinq pièces de la fin du XVe siècle : deux grands plats de Deruta dont un aux armes de la famille des Orsini (vers 1560-1570) ; un albarello de Montelupo décoré d’un buste masculin et muni de deux anses (vers 1580) ; deux albarelli de Naples ornés de profil féminin et masculin ;
  • Vingt pièces de la première moitié du XVIe siècle, dont cinq coupes de Casteldurante figurant des Bella ou des bustes masculins, mais aussi des plats de Faenza, de Forli et trois œuvres d’Urbino à décor a istoriato ;
  • Cinq pièces de faïence primitive française, dont une chevrette représentant un Roi Dagobert de la manufacture de Montpellier et deux très belles gourdes de Nevers à fond bleu ondé du XVIIe siècle.
En succédant à mon père à la tête de la Maison Vandermeersch en septembre 1965, j’eus le privilège d’assister à la vente de la collection de majoliques du grand amateur Adda réalisée par Maurice Rheims. Ce même plaisir revint à ma mémoire quand me furent présentés les objets de la succession de Madame Jean-Pierre Guerlain. En effet, la qualité des majoliques de cette collection, bien sûr en moindre nombre, n’a rien à envier à la fameuse collection Adda, et je crois pouvoir dire que depuis 1965, aucune maison de vente française n’a eu l’opportunité d’exposer et de vendre un ensemble aussi homogène tant par sa beauté que par sa rareté.

Les pièces de la fin du XVe siècle de la collection Jean-Pierre Guerlain sont représentées par deux grands plats, l’un aux armes de la célèbre famille Orsini et l’autre à décor de feuillages (circa 1470), et avant tout par un extraordinaire albarello à anses orné de feuillages en relief et décoré sur une face d’un profil et sur l’autre de feuilles gothiques. Ces pièces nouvellement attribuées à Montelupo se retrouvent dans le Répertoire de la majolique du Docteur Chompret avec l’attribution à Faenza. On ne saurait omettre d’évoquer ces deux autres oeuvres remarquables que sont les albarelli à décor de profils asculin et féminin du centre napolitain du Maestro della Cappella Brancaccio.

La manufacture de Castel Durante (ou du duché d’Urbino) est représentée par une série de coupes et de petits plats décorés de superbes Bella, d’un exceptionnel personnage casqué, d’un somptueux saint François, ou encore portant les armoiries de la famille Agostini. Mais le chef-d’oeuvre selon moi demeure le plat décoré d’une Bella de face, sa longue tresse autour du cou, au visage d’une grande beauté, image de la Renaissance italienne dans toute sa splendeur.

Bien sûr, d’autres centres italiens tels que Faenza, Forli, Sienne, Urbino ou Venise se retrouvent dans cette collection, sans oublier la faïence française primitive (Montpellier, Nevers), dont une chevrette représentant un des rois Dagobert et une paire de gourdes à fond bleu ondé du XVIIe siècle.

Cet ensemble présenté par Éric Beaussant et Pierre-Yves Lefèvre comprend une trentaine d’oeuvres de faïence provenant des plus grandes collections réunies à la fin du XIXe siècle et dans la première moitié du XXe siècle.

Nombreuses de ces pièces sont mentionnées et reproduites dans les principaux ouvrages de majoliques - du Docteur Chompret, d’Otto von Falke, etc. -, et de nombreux modèles similaires ou de même esprit figurent dans les plus grands musées tels que le Louvre, le musée des Arts décoratifs de Lyon et le Victoria & Albert Museum de Londres, et dans bien d’autres collections publiques et privées (Damiron, Lanna).

La vente de la collection de Jean-Pierre et Christiane Guerlain sera donc un évènement dans la genèse du marché de la majolique et confirmera Drouot comme l’un des centres de ventes aux enchères publiques des plus grandes collections de majolique.
 
Michel VANDERMEERSCH

Aperçu des lots phares :

  • Une paire d’albarelli à décor de deux profils d’homme et femme, d’inscriptions « Tristano » et « Petrella » et fleurs gothiques et feuillages stylisés. Datant du début du XVIe siècle, celle-ci provient de Naples et est issue de l'ancienne collection Pringshiem. (60 000/80 000 €)
  • Un albarello à deux anses de Montelupo, dont le décor polychrome d'une face présente un buste alors que les anses sont décorées de feuillages gothiques. Datant de la fin du XVe siècle, celui-ci fut proposé dans la Vente Lanna en 1911 et appartenu ensuite à l'ancienne collection Pringsheim. (40 000/50 000 €)
  • Une paire de gourdes de Nevers à anses tête de bélier à décor de combats d’animaux fantastiques et amours sur fond bleu ondé, de 30 cm de haut. Datant du XVIIe siècle, elle appartint à Gilbert Lévy et fut exposée en 1937 à Nevers. (20 000/25 000 €)
  • Deux coupes rondes à petit piédouche provenant de Castel Durante (Urbino), datant du XVIe siècle. L'une, de 24 cm de diamètre, est décorée d’un buste d’une bella et d’une inscription (20 000/30 000 €) et l'autre, de 22 cm de diamètre, est décorée d'une bella (Cornelia) et provient de l'ancienne Collection Damiron (15 000/20 000 €).
Exposition publique - Drouot - Salle 9
Samedi 28 janvier et lundi 30 janvier 2017 de 11 h à 18 h
Mardi 31 janvier 2017 de 11 h à 12 h

Vente aux enchères publiques - Drouot - Salle 9
Mardi 31 janvier 2017 à 14h



Collection de majoliques provenant de la succession de Madame Jean-Pierre Guerlain
mardi 31 janvier 2017 - 14:30
Collection de majoliques provenant de la succession de Madame Jean-Pierre Guerlain
Salle 9 - Drouot-Richelieu, 9, rue Drouot 75009 Paris
Beaussant Lefèvre OVV