http://catalogue.drouot.com/ref-drouot/ventes-aux-encheres-drouot.jsp http://www.drouot.com/static/resultat_vente_encheres/liste.html
Hotel Drouot
Annonces de ventes
« À Drouot, l'émotion
est dans tous les instants
et dans toutes les salles. »
jeudi 02 février 2017
Archéologie et mythes antiques
Pierre Bergé & Associés
Expert : Christophe Kunicki et Alice Jossaume, Cabinet Portier

La maison Pierre Bergé & Associés inaugure cette nouvelle année avec l'archéologie. Objets antiques d'Egypte, d'Orient, de Chine ou de l'Antiquité Classique mis à l'encan, nous racontent les plus grands mythes antiques.

Aperçu des lots phares :
 
Antiquité Classique, Collection de M. C., Paris
Un buste d'Athéna en bronze incrusté d'argent. Art romain, Ier-IIe siècles. Lot n° 265
 
Athéna, dévolue à la sagesse, la guerre, les sciences et les arts, est une des divinités fondamentales du Panthéon gréco-romain. Elle naît de la tête de Zeus, toute armée. En effet, son père, craignant la naissance d'un fils plus puissant que lui, dévore Métis enceinte. Quelques mois plus tard, le roi des dieux se plaint de maux de tête si terribles qu'il exige qu'on lui ouvre le crâne afin de libérer le mal. De là jaillit la déesse.

Le buste présenté ici regroupe les principaux attributs de la déesse. Parmi les nombreux mythes dans lesquels elle apparaît, Athéna est citée dans l'épopée de Persée. Elle guida la main du héros afin qu'il tranche la tête de la méduse qu'il ne pouvait regarder directement sous peine d'être changé en pierre. En signe de reconnaissance, le héros lui offrit la tête du monstre qu'elle fixa sur l'immortelle égide de Zeus. Cette dernière, arme protectrice et offensive dont la déesse couvre ses épaule, est faite de la peau de la chèvre Amalthée, la nourrice du roi de l'Olympe. Ainsi, sur cette œuvre, Athéna, aux yeux incrustés d'argent, est présentée casquée, vêtue d'une cuirasse ornée du gorgonéion et bordée de serpents entremêlés.

Ce buste appartint à l'ancienne collection de M. P. à Munich en Allemagne jusqu'à la fin des années 1960. Il fut ensuite acquis de M. P. avant 2002 pour garnir la Collection de Mme S. K. à Munich également. (60 000/80 000 €)
 
Antiquité Egyptienne, Collection de M. G., Paris
Le livre des morts de QueD-mout réalisé à l'encre et pigments sur papyrus en Egypte sous le Nouvel Empire, XIXe dynastie. Lot n° 54

Les croyances de l'Ancienne Egypte assimilent la vie humaine au cycle continu du soleil se levant chaque matin, la mort ne constituant qu'une transition d'un monde à un autre.
 
Le Livre des Morts apparaît dès le début du Nouvel Empire (1550-1069 av. J.-C.), sous la XVIIIe dynastie, mais trouve ses origines dans des textes plus anciens. Sa fonction régénératrice, visant à protéger le défunt de " toute chose néfaste " pendant son voyage vers l'au-delà, est analogue à celle du Livre des pyramides. Les formules le composant sont tirées, en grande part, de corpus plus anciens tels que le Texte des Sarcophages ou le Livre des Deux Chemins. Cependant, ces formules magiques protectrices ne sont plus réservées au seul roi et s'adressent pour la première fois à la classe moyenne de la population. Les commanditaires choisissent le contenu de leur livre parmi les 162 formules composant la version complète.

L'exemplaire mis à l'encan, bien que lacunaire, reflète la qualité d'exécution de certaines de ces couteuses commandes. Sur 5,3 mètres de papyrus, 14 planches ont été reconstituées. En écriture hiéroglyphique cursive, les formules sont rangées en registres et colonnes, surmontées d'illustrations en couleur.

Il provient d'une Collection particulière, pour laquelle il fut acquis en 1968. (60 000/80 000 €)
 




Antiquité Orientale, Collection Shlomo Moussaieff
Un rare flacon représentant la Tyché d’Antioche en verre soufflé moulé blanc opaque. Art Romain, IIe-IIIe siècles. Lot n° 159

Il s'agit d'une libre reproduction de la composition du célèbre sculpteur grec Eutychidès de Sicyone, représentant Tyché, déesse de la fortune et protectrice d'Antioche. Cet élève de Lysippe réalisa une statue monumentale célébrant la fondation de la citée, située dans l'actuelle Turquie, par Séleucos Ier en 300 avant J.-C.

On reconnait la position de la déesse de la fortune, drapée et couronnée d'une tour, assise, les jambes croisées surmontant le buste d'un homme sortant des flots, personnification du fleuve Oronte, bordant la citée. L'objet, un probable souvenir, peut avoir été utilisé comme offrande dans des sanctuaires privés ou publics. (70 000/80 000 €)

Copyright des images : © Pierre Bergé & Associés / Drouot

Exposition publique - Drouot - Salle 9
Mercredi 1er février 2017 - 11h / 18h
Jeudi 2 février 2017 - 11h / 12h

Vente aux enchères publiques - Drouot - Salle 9
Jeudi 2 février 2017 - 14h00