http://catalogue.drouot.com/ref-drouot/ventes-aux-encheres-drouot.jsp http://www.drouot.com/static/resultat_vente_encheres/liste.html
logo drouot logo drouot
Hotel Drouot
Annonces de ventes
« À Drouot, l'émotion
est dans tous les instants
et dans toutes les salles. »
mercredi 29 mars 2017
Une tête d’Homme ou Bouddha d’Ossip ZADKINE
Millon
Expert : Cécile Ritzenthaler

Le 29 mars, la maison Millon se consacrera à l’art moderne. Parmi les tableaux et sculptures mis à l’encan, elle s’intéressera notamment à l’Impressionnisme et à l’École de Paris.

La pièce maîtresse de cette vacation sera sans conteste La tête d’homme ou Bouddha en bois doré d’Ossip ZADKINE (1890-1967). Cet artiste emblématique de l’École de Paris, originaire de Russie, termine cette tête entre 1919 et 1920. Il la présente dans l'exposition qu’il organise dans son atelier de la rue Rousselet. L’objet est alors acheté par la famille de Brantes dans laquelle elle resta depuis. (200 000/300 000 €)

Le sujet de l'œuvre témoigne de l’intérêt de Zadkine pour les dimensions spirituelle et humaniste. L’art de Zadkine est celui d’un audacieux créateur de formes qui, par sa recherche de l’humain, par ses heureuses inventions plastiques, comme par la liberté et l’envolée de ses réalisations, a puissamment contribué au rayonnement universel de l’École de Paris. In I. Janou, 1964.

Aussi respectueux envers la matière qu’envers le motif, il n’inscrit pas sa signature sur le personnage sacré et signe sur le socle. Puis, il suit les contraintes du matériau et ses transformations, expliquant probablement l’inclinaison de ce visage.

L’usage du bois doré par Zadkine est très rare. Finement sculpté, courbé et ciselé, il s’oppose aux formes anguleuses du socle en pierre brute. Ce contraste entre préciosité et rusticité ancre Zadkine dans l’ère de son temps. Il respectait, non pas la réalité de la nature, mais la réalité de son émotion, il simplifiait, modifiait les anatomies, accentuait leur expression, donnant libre cours à sa fantaisie créatrice, mais il restait fidèle à la vérité intrinsèque […] In I. Janou, 1964.

Aperçu du reste de cette prestigieuse vacation :

  • Le port de Collioure, peinte à l'huile sur panneau et signée par Henri MARTIN (1860-1943). (120 000/180 000 €)
  • Un Portrait de Madame Gigandet peint à l'huile sur toile et signé par Kees VAN DONGEN (1877-1968) vers 1920. (120 000/130 000 €)
  • Le rivière de Deauville, une huile sur toile signée par Eugène Louis BOUDIN (1824-1898). Cette toile fut successivement vendue le 11 mars 1901, à Drouot, alors qu'elle appartenait à Charles de Bériot, puis lors de la vente Mensing & Fils à Amsterdam, le 13 juin 1933 (Provenance Richard Semmel, Berlin, selon ses ayants droits), et lors de la vente de la Galerie Moos, Genève, le 23 mai 1936 (Provenance Richard Semmel, Berlin, selon ses ayants droits). Elle intégra alors une collection particulière et fut acquise par l'actuel propriétaire le 12 décembre 2005, au cours d'une vente Christie's à Paris. (80 000/100 000 €)
  • Baie de Douarnenez, Brezellec, une huile sur toile signée par Henry MORET (1856-1913). Elle fut offerte par le peintre à son médecin et resta dans la famille depuis. (60 000/80 000 €)

Henri MARTIN (1860 - 1943) Le port de CollioureKees VAN DONGEN (Delfshaven 1877 - Monaco 1968) Portrait de Madame Gigandet, circa 1920

Exposition publique - Drouot - Salle 5 
Mardi 28 mars 2017 - 11h / 18h
Mercredi 29 mars 2017 - 11h / 12h

Vente aux enchères publiques - Drouot - Salle 5
Mercredi 29 mars 2017 - 14h00

 

ART MODERNE<br>& ECOLE DE PARIS
mercredi 29 mars 2017 - 14:00
ART MODERNE
& ECOLE DE PARIS
Hôtel Drouot Salle 5
Millon OVV