http://catalogue.drouot.com/ref-drouot/ventes-aux-encheres-drouot.jsp http://www.drouot.com/static/resultat_vente_encheres/liste.html
logo drouot logo drouot
Hotel Drouot
Annonces de ventes
« À Drouot, l'émotion
est dans tous les instants
et dans toutes les salles. »
vendredi 07 avril 2017
L'Arménie mise en couleurs par Martiros SARIAN
Leclere - Maison De Ventes

Le 7 avril, Leclere - Maison De Ventes mettra en avant, dans une vacation consacrée à l’art russe, trois tableaux de Martiros SARIAN (1880-1972). Le Verger de pommiers, une huile sur toile réalisée en 1937, sera notamment donnée à voir. (80 000/100 000 €)

Ce peintre d’origine arménienne naît le 28 février 1880 dans un village nommé Nor-Nakhitchevan (aujourd'hui un quartier de Rostov-sur-le-Don), en Russie. À 16 ans, Sarian entre à l’École de peinture, de sculpture et d’architecture de Moscou. Il suit les cours des impressionnistes russes – Valentin SEROV (1865-1911) et Constantin KOROVINE (1861-1939).

Dès le début de sa carrière, Sarian cherche à élaborer un style personnel. Il est bouleversé par les tableaux d’Henri MATISSE (1869-1954) et Paul GAUGUIN (1848-1903) présentés dans la Collection Chtchoukine et s'inspire des couleurs et des longue touches de peinture des artistes français.

« Je ne sais pas quand en moi naquit l’artiste : ce fut sans doute pendant que j’écoutais les récits de mes parents sur notre lointaine Arménie et que je m’émerveillais devant les mille couleurs des papillons et des fleurs. »

L'artiste voyage pour la première fois dans son pays d'origine en 1901. Il y admire alors « la nature aux multiples visages multicolores, forgée par une main puissante, inconnue ». Plus tard, exposées à la Galerie Girard, à Paris, ses représentations de l'Arménie connaissent un véritable succès. Puis, en 1937, le panneau décoratif qu'il réalise pour le pavillon soviétique de l’Exposition universelle de Paris obtient le Grand Prix.

Martiros Sarian est aujourd'hui considéré comme le père de la peinture arménienne moderne. « J’ai vu l’Arménie… mais pour la première fois je l’ai découverte dans les tableaux de Sarian » – écrivit le poète Andeï Biely.

Seront proposés dans cette vacation :

  • Une tempéra sur carton intitulée Midi dans la campagne anatolienne signée en cyrillique М. Сарьян 1910. Ce tableau est accompagné d'un certificat de la Galerie d’État Tretiakov de Moscou. (50 000/60 000 €)
  • La Cour aux lilas réalisé par l'artiste à la tempéra, huile et gouache sur toile. La toile est signée en cyrillique et datée Сарьян 1914. (35 000/40 000 €)

À découvrir également :

  • L’enlèvement d’Hélène peint par Serge VASILKOVSKY (1854-1917) à l'huile sur toile. Le tableau est signé et daté 1887. Il appartint à une collection particulière (Russie Impériale) avant d'entrer dans la collection de Joseph Bowman, Maréchal de la Cour Suprême Royale, au Royaume-Unis. Il est transmis par descendance à l’actuel propriétaire. (60 000/80 000 €)
  • Une tempéra sur toile intitulée Parc architectural, fantaisie réalisée et signée en cyrillique par Pierre OUTKINE (1877-1934) vers 1907-1908. (50 000/60 000 €)
  • Un Soldat Ouzbek peint par Vassily VERESHCHAGUINE (1842-1904) à l'huile sur toile vers 1859. Le tableau est monogrammé en cyrillique « B ». Ce portrait d’Ouzbek en costume cosaque fut certainement réalisé durant la campagne d’Asie centrale (1867-1870) du général Constantin von KAUFMANN (1818-1882), gouverneur du Turkestan. L'œuvre fut présentée à l'exposition Painting & Sketches of Central au Cristal Palace à Londres en 1873. (30 000/35 000 €)
  • Une huile sur toile intitulée Carnaval signée et datée en cyrillique par Nicolas SAPOUNOV (1880-1920). Il s'agit d'une œuvre de maturité de l’artiste et s’inscrit dans le cycle des soirs festifs. (30 000/35 000 €)
Art russe
vendredi 07 avril 2017 - 14:00
Art russe
Drouot - Richelieu Salle 2
Leclere - Maison de ventes OVV