http://catalogue.drouot.com/ref-drouot/ventes-aux-encheres-drouot.jsp http://www.drouot.com/static/resultat_vente_encheres/liste.html
Hotel Drouot
Evénements Drouot
« À Drouot, l'émotion
est dans tous les instants
et dans toutes les salles. »
Du 24 février au 2 mars 2017
Nicolas Lefebvre : Mater Nostra
Exposition au 12 Drouot

Totem monumental, sculptures, assemblages ou ensembles d'objets juxtaposés, du 24 février au 2 mars 2017, l'espace du 12 DROUOT accueille les divinités de Nicolas Lefebvre. Déesse protectrice qui transmet la vie, mère veilleuse bienveillante, mère du monde, vénérée puis oubliées, l'exposition intitulée « Mater Nostra », renoue avec les cultures et célèbre nos racines communes.

Toujours singulières sous leur air de famille, les créations de Nicolas Lefebvre génèrent une énergie positive, magique...oserait – on dire : l’énergie inextinguible de l’imaginaire qui les a rendues possibles. Celle de l’amour qui pacifie, humanise et rend meilleur.
Brigitte Derlon, anthropologue à l’EHESS
Monique Jeudy - Ballini, anthropologue au CNRS

Il est des décalages horaires que l’on désire ne jamais rattraper. Des voyages qui brouillent le temps et les époques. Dans ses sculptures, Nicolas Lefebvre réunit les continents et les civilisations. Sensible aux préoccupations contemporaines, il renoue avec le passé pour mieux écouter la Terre et déjouer l'anthropocène. A contrecourant d'un art contemporain ostentatoire et inconscient du monde qui l'entoure, il prône la bienveillance à l'égard de la nature et de ses divinités primaires, dans un esprit proche de l'Arte Povera comme des pensées du paysan-philosophe Pierre Rabhi.

De l’Afrique à l’Asie en passant par l’Inde et l’Amérique du Sud, ce jeune artiste a parcouru le monde plusieurs fois. Et si tout semble faire écho aux terres lointaines dans l’œuvre de Nicolas Lefebvre, il est avant tout question d’hommage à la terre nourricière, la mère maternelle, cette déesse à qui l’artiste voue une admiration inépuisable.

Sa démarche le pousse à inventer une œuvre peu commune, en faisant dialoguer naturellement des objets rares, précieux ou ordinaires, intimes et organiques, qu'il collecte continuellement. Assemblés en croix surmontés d’un cercle selon le modèle de l’Ânkh égyptienne, ces objets venus des quatre coins du monde, aux époques, aux fonctions et aux origines multiples, renaissent. Entre les mains de l’artiste, la magie opère et ils reprennent vie en Déesses Mère. Hommages aux racines de l'Humanité, ces sculptures, quelle que soit leur taille, recréent une forme de relation sacrée, et n'appartenant pourtant à aucune religion.