monnaies, autographes, livres anciens et modernes, estampes, photographies, affiches

Expositions des lots : mardi 02 juillet - 11:00/18:00 - mercredi 03 juillet - 11:00/12:00
Vente : mercredi 03 juillet 2019 - 14:00
Salle 16 - Drouot-Richelieu - 9, rue Drouot 75009 Paris
Live
Maison de vente
Ferri & Associés
Tél. 01 42 33 11 24
225 Résultats

Tous les lots

Lot n° 22 - Hubert LYAUTEY (1854-1934) maréchal. 28 L.A.S., 1900-1934, à Marguerite GODARD-DECRAIS (née Dethomas) ; 65 pages formats divers, qqs enveloppes, en-têtes Madagascar. Le Commandant Supérieur du Sud, Le Général Lyautey, Le Maréchal Lyautey Résident Général au Maroc, etc.
Belle correspondance amicale du général, puis du maréchal. Il n’a su quelle place tenir dans l’« universel conflit de français » sensible à Paris : « Il me semblait que les violences qui remplissent l’âme de mes compatriotes leur masquaient des intérêts autrement hauts et prenants » (Madagascar 17.IX.1900)… Il serait criminel de ne pas se trouver prêt à tout : « quel régime ! quelle incohérence ! quel amas de fautes, quel néant de tout depuis des années. Est-il possible de concevoir qu’on ait pu graduellement amener ce noble pays à un tel degré d’anarchie et de déchéance […]. Vraiment la République a perdu le droit de faire le procès de la Monarchie » (Rennes 6.I.1912)… Il se plaint d’être « muré vivant » au Maroc, alors qu’on se bat en France (7.XII.1914)… Il est revenu au Maroc sur les instances de M. Millerand et du gouvernement, mais malgré lui car « après 12 ans j’en ai vraiment assez, que le grand intérêt y est épuisé et la tâche plus lourde et ingrate chaque jour parmi la crise générale, et puis surtout parce qu’à mon âge, j’ai soif de vivre un peu pour moi » (10.I.1924)… Il va se plonger dans le rapport de Mlle Basset et les brochures, et compte prendre contact avec « le Congrès de Redressement français » (31.IV.1927)… Réponses à des invitations, condoléances, faveurs à divers protégés… Etc.
On joint 2 cartes de visite ; une L.A.S. de sa femme, etc.

Hubert LYAUTEY (1854 1934) maréchal. 28 L.A.S., 1900 1934, à Marguerite GODARD DECRAIS (née Dethomas) ; 65 pages formats divers, qqs enveloppes, en têtes Madagascar. Le Commandant …

Lot n° 23 - Anna de NOAILLES (1876-1933) poétesse. 3 L.A.S. ou P.A.S. ; et 2 L.A.S. à elle adressées, 1919-1921 ; 7 et 4 pages formats divers.
Jeudi, à un chéri et un « amour très méchant ». « Je me repose mon très bien, je fais un beau tricot affreux et pas lyrique du tout. Je me suis bien bien amusée chez Durand avec vous »… [1924], à Mme Lobre. « Il était bien difficile que je vous parlasse ce matin, après une nuit obérée de névralgie […] et la vue très troublée aujourd’hui, à cause de tant de drogues, de tant de phosgènes, de tant de larmes »… Après la mort de l’être chéri dont elle garde un souvenir sacré, « la vie est finie pour moi »… Pensée : « Depuis Charles Lindbergh, quand je vois un oiseau passer dans le ciel, je me dis “quel maladroit !” »…
André GIDE. Cuverville-en-Caux 16 janvier 1919. Gide prend conscience seulement maintenant de sa nouvelle œuvre [La Symphonie pastorale], « la voyant se refléter en vous […]. Tout ce que vous m’en dites, et d’une manière si exquise, m’emplit de joie, de confiance et de cette allégresse spirituelle qui m’invite au prochain travail. […] vous savez transmettre votre ferveur, et chacune de vos paroles, par leur intonation même, est gonflée d’une force d’irradiation singulière »…
Paul VALÉRY. Paris 9 juillet 1921. Il apprend par Henri de Régnier qu’elle l’a proposé pour le Prix Lasserre, dont les 10 000 francs seraient si bien reçus ! Il craint seulement de ne pas être en conformité avec la règle d’une publication dans l’année : « mon petit volume de vers ne paraîtra qu’en octobre. Une réédition de la J. Parque sort ces jours-ci ; et mon dialogue de l’architecte achève de s’imprimer »… Et il baise respectueusement « chacun des dix doigts de vos mains pleines de chefs d’œuvre ».
On joint 3 photographies originales de la poétesse ; un portefeuille à buvard et plume lui ayant appartenu ; la copie d’un poème dédié à Mme Godard-Decrais.

Anna de NOAILLES (1876 1933) poétesse. 3 L.A.S. Ou P.A.S. ; et 2 L.A.S. À elle adressées, 1919 1921 ; 7 et 4 pages formats divers. Jeudi, à un chéri et un « amour très méchant ». …

Lot n° 24 - Ignacio ZULOAGA (1870-1945) peintre espagnol. 7 L.A.S., 1901-1916 ; 19 pages in-8 ou in-12 (une au crayon).
Madrid 1er janvier 1901, à sa belle-mère, Mme Jean-Albert Dethomas. Il répugne à parler de son tableau. « Je trouve tellement petit et peu, ce que je fais ; que j’en suis dégouté, et j’ai des moments de désespoir et de découragement terribles, mais ma force de volonté arrivera j’espère à les dominer et peut-être à produire une œuvre, qui sera toujours malheureusement bien incomplète ! »… 2 décembre 1901, à la même. Il éprouve beaucoup de chagrin à les savoir si tristes de la mort du petit Pouchikof ; il conseille de ne plus prendre de petit chien… [Segovia 24 septembre 1906], à sa femme Valentine. « Envoie les photos de mon père à Barcelone. Voici la danseuse qui danse si bien, et qui me posera probablement cet hiver à Paris »… [6 octobre 1906], à ses belles-sœurs Alice et Germaine : « Quel bonheur !! Quelle joie !!! Vous allez me voir probablement mardi !! »… Santiago-Echea lundi [1916], à sa belle-mère, heureux d’être soutenu et encouragé par sa famille, alors qu’il est retenu au lit par une phlébite. « Oui, mes tableaux sont partis et ceux qui étaient dans le bateau – Espagne – ont manqués d’être torpillés. Quelles angoisses j’ai passé ! »… Paris samedi, à un ami, remerciant pour un livre et « les grandes émotions d’art qui sûrement j’aurais en le lisant ».
Joint : Le modèle dénudé. Dessin au fusain et à la craie. Annoté au dos : « A mon cher neveu Pierre Dethomas / en souvenir de son oncle Ignacio / Valentine Zuloaga ». Haut. 65 - Larg. 50 cm

Ignacio ZULOAGA (1870 1945) peintre espagnol. 7 L.A.S., 1901 1916 ; 19 pages in 8 ou in 12 (une au crayon). Madrid 1er janvier 1901, à sa belle mère, Mme Jean Albert Dethomas. Il …

Lot n° 25 - Famille de KRÜDENER. 19 lettres ou pièces, la plupart L.A.S., [1791 ?]-1859 (quelques portraits joints).
Intéressant ensemble de lettres d’Alexis, baron de KRÜDENER (1744-1802) diplomate, ou son épouse Julie de KRÜDENER, née Julie von Vietinghoff (1764-1824) femme de lettres allemande et mystique, ou leur fils le diplomate Paul de KRÜDENER (1784-1858), et des personnalités de leur entourage, la plupart adressées à Paul de Krüdener.
Alexis de KRÜDENER (longue lettre à sa femme Julie, Copenhague 7 mars 1795, déplorant la situation « bizarre et pénible » qu’elle décrit, et parlant de leur train de vie, de l’éducation de leurs enfants, et de la félicité domestique qu’il ne peut lui donner ; cependant « je donnerai dans tous les tems, la main à ce qui peut conduire à votre bonheur »…). Julie de KRÜDENER (2 : à Bernardin de Saint-Pierre pour lui faire cadeau de mouchoirs des Pyrénées qu’elle a ourlés pour lui, [Paris 1791 ?] ; à sa belle-fille Sophie de Krüdener, parlant du Seigneur, d’une lettre de change et de ses amis catholiques, [Paris 1816]). Paul von KRÜDENER (à Sophie Volkonsky, Berne 8 novembre 1845, déplorant l’accident arrivé à la princesse, qu’il a appris par son mari, et parlant de ses voyages avec ses filles, de ses fils à Saint-Pétersbourg et sur le vaisseau du grand-duc Constantin, et de sa « sœur Ochando »…).
ALEXANDRE II de Russie (nommant son conseiller privé Paul de Krüdener à l’Ordre de Saint-Vladimir, 2e classe, 1856 ; en russe). Grande-Duchesse ANNA FEODOROVNA (condoléances au même, lors de la mort de son fils aîné Alexis, 1852). Jean CAPO D’ISTRIA (au même, Genève 16/28 mars 1826, parlant du siège de Missolonghi…). Benjamin CONSTANT (à Julie de Krüdener, désireux de la voir mais « je suppose que vous verrez l’Empereur ce soir », [Paris 1815]). Prince Alexandre CZERNICHEV (à Paul de Krüdener, Vienne 19 avril [1815 ?], évoquant des mouvements de troupes sur le Rhin). Alexandre Nikolaïevitch GALITZINE (à Paul de Krüdener, St Pétersbourg 22 mai/3 juin 1841, évoquant l’autorisation impériale du mariage de son neveu François Ochando). Alexandre GORTCHAKOV (à Marguerite de Krüdener, Peterhof 28 juillet 1859, condoléances sur la mort de son père Paul). Pierre MEYENDORFF (à son ami Paul de Krüdener, Vevey 10 septembre 1841, espérant le retrouver à Genève ou à Berne). Charles-Robert de NESSELRODE (au même, St Pétersbourg 7/19 octobre 1846, à propos du secret bien gardé du lieu où s’est réfugié le comte de Montemolin [prétendant carliste au trône d’Espagne]). Alexis Guignard de SAINT-PRIEST (à la princesse Sophie Volkonsky). Germaine de STAËL (demandant des nouvelles à sa chère « Antigone », la marquise de Custine). Pierre VOLKONSKY (2, à sa belle-mère et à sa femme, donnant des nouvelles familiales et amicales, Tsarskoe-Selo et Saint-Pétersbourg 1832-1841). Ivan WORONZOW-DASCHKOW (répondant aux dépêches de Paul de Krüdener sur la Suisse, très appréciées par l’Empereur, et se félicitant d’avoir remplacé le ministre des Affaires étrangères, Nesselrode, à la satisfaction de S.M., Saint-Pétersbourg 24 janvier/5 février 1846). Plus une pièce avec la griffe de Ferdinand II des Deux-Siciles (lettres de premier lieutenant d’infanterie pour Frédéric König, [beau-frère de Paul], 1838).

Famille de KRÜDENER. 19 lettres ou pièces, la plupart L.A.S., [1791 ?] 1859 (quelques portraits joints). Intéressant ensemble de lettres d’Alexis, baron de KRÜDENER (1744 1802) di…

Vivre

l'Art passionnément !

Contact
Hôtel des ventes mythique, Drouot est la première place d'enchères en France. Ouvert à toutes et à tous, l'institution est le lieu de rendez-vous incontournable des amateurs d'art. Que vous soyez néophyte ou connaisseur exigeant, vous pourrez vibrer au rythme de l'actualité du marché de l'art, découvrir les annonces de vente, les résultats, participer aux événements... Restez connecté à ce lieu unique grâce à notre agenda des ventes et des expositions, et explorez tout l'univers de ce monde captivant via notre guide et le catalogue des services.
Vivez l'art passionnément !