Accueil > 2 • ORIGINE(S) • ÉCRITS D... > Lot: 21

Lot n° 21

HEURES PETAU LIVRE D'HEURES À L'USAGE DE ROME En latin, manuscrit enluminé sur parchemin
France, Tours, vers 1495
Avec 16 médaillons en camaïeu d'or avec rehauts attribuées à Jean Poyer (actif 1490-1520) et une composition héraldique enluminée (XVIIe s.) rajoutée autour du premier médaillon (Armes de la famille Petau).
44 ff., complet, écriture à l'encre brune à l'imitation d'une humaniste italienne, texte sur deux colonnes, 33 lignes par page (justification: 105 x 170 mm), réglure à peine visible à la pointe sèche, rubriques en vert, abréviations
KL au calendrier à l'encre bleue et rouge, initiales peintes sur fond d'or, initiales peintes en rouge et en bleu (en alternance), capitales rehaussées de jaune, 16 médaillons (65 mm. de diamètre) en camaïeu d'or avec rehauts de couleurs, miniatures présentées en paires, cercles découpés (évidements) dans les feuillets qui ne contiennent pas de miniature pour permettre la vision des médaillons au fur et à mesure de la lecture.
Reliure de plein maroquin tabac orné sur les plats d'un décor estampé à la fanfare avec filets d'encadrement à froid, au centre les armes de la famille Rothschild et sa devise «Concordia-Industria-Integritas», contreplats doublés de maroquin rouge décorés (rel. signée Duru, datée 1856). Emboîtage moderne de plein maroquin bleu foncé.
Dimensions: 230 x 140 mm.
Ce chef d'oeuvre de l'enluminure tourangelle témoigne d'une maîtrise extraordinaire et prouesse de mise en page. Les médaillons sont désormais attribués à Jean
Poyer, artiste tourangeau d'une grande originalité.
provenance 1. Peint à Tours par Jean Poyer, pour un commanditaire non identifié. Au vu des clients et commanditaires connus de Jean
Poyer, il est probable que ce livre d'heures de luxe fut réalisé pour un membre du cercle royal, un grand serviteur ou un dignitaire religieux proche du pouvoir religieux. Jean
Poyer comptait parmi ses commanditaires
Anne de Bretagne et ses deux époux royaux (Charles VIII et Louis XII), Guillaume Briçonnet, Jacques de Beaune, la famille Lallemant etc.
(voir Hofmann, 2016, p. 127).
2. Famille Petau [Paul Petau (1568-1614) ou
Alexandre Petau (1610-1672)], avec leurs armoiries peintes rajoutées au XVIIe s. au feuillet qui contient le premier médaillon.
Les Petau étaient de grands collectionneurs de livres et d'archives. Au vu des dates, il doit sans doute s'agit d'Alexandre Petau. Les présentes Heures ont été baptisées «Heures
Petau» en l'honneur de ce premier propriétaire connu.
L'origine de la collection de Paul Petau se trouvait dans de fameuses bibliothèques du xvie siècle dispersées à la mort de leurs propriétaires: notamment celles de Jean
Grolier de Servières, de Claude Fauchet, de Jean Nicot. Une notable acquisition fut celle de la bibliothèque de Pierre Daniel, avocat orléanais, qu'il fit en 1604 conjointement avec Jacques Bongars. Paul et Alexandre
Petau ouvrirent largement leur bibliothèque aux savants du xviie siècle, comme Jacques
Sirmond ou André Duchesne, qui y trouvèrent certains des textes dont ils donnèrent la première édition. Les manuscrits de cette bibliothèque (appelés les Petaviani) furent acquis entre 1590 et 1659 (pour ceux dont la date d'acquisition est connue).
Alexandre Petau en possédait plus de 1 800 en 1650. Cette année-là, il en vendit près de 1 500 à la reine Christine de Suède (par l'intermédiaire de son bibliothécaire Isaac
Vossius). La collection de la reine passa à sa mort à la Bibliothèque du Vatican, où se trouvent aujourd'hui une grande part des anciens volumes des Petau. À la fin de sa vie, Alexandre Petau possédait une collection plus restreinte d'environ 300 manuscrits et incunables, et en 1669 Nicolas Clément en acheta vingt-deux pour la Bibliothèque du roi. Après sa mort, le reste de la collection (277 pièces selon le catalogue) fut vendu en plusieurs fois sur plusieurs décennies par ses héritiers, et une notable partie (quatrevingt- huit) fut acquise en 1720 par le bibliophile genevois Ami Lullin, qui à sa mort (1756) légua sa collection à la Bibliothèque municipale de Genève. Sur les Petau, voir:
Hippolyte Aubert, «Notices sur les manuscrits
Petau conservés à la bibliothèque de Genève (fonds Ami Lullin)», Bibliothèque de l'École des chartes, 70, 1909, pp. 247-; Karel Andriaan De Meyier, Paul en
Alexandre Petau en de Geschiedenis van hun Handschriften..., Leyde, 1947.
3. D'après une note du libraire américain
Kraus, le présent manuscrit semble avoir appartenu aussi au XVIIIe siècle à la famille Van Vooght de Bruges dont l'ex-libris gravé fut apposé sur un feuillet de garde volant.
4. Collection du Baron James de Rothschild (1792-1868), qui fait relier le manuscrit à ses armes.
5. Longue note de Paulin Paris (1800-1881), historien et érudit: «Ce manuscrit est d'un rare beauté. Je crois qu'il a été exécuté vers 1480 par un des meilleurs élèves du célèbre
Fouquet de Tours, peintre de Louis XI. Je ne connais pas d'exemple d'une pareille disposition: c'est-à-dire de médaillons tracés sur les deux côtés du même feuillet et attendant l'un et l'autre leur complément plus ou moins éloigné...» (note datée de 1855). Une autre note signée de Paul Durrieu (1855-1925), conservateur au Louvre et collectionneur identifie les armoiries Petau: «Ce manuscrit vient de la collection Petau».
6. Vente Paris, Palais Galliera, 24 juin 1968, lot. 9.
7. H.P. Kraus, libraire et galeriste (New York), jusqu'en 1974 et figure dans le catalogue
Monumenta Codicum Manu Scriptorum, New York, 1974, p. 105. Les médaillons étaient donnés par Kraus à Jean Bourdichon (comme l'indique le lettrage doré sur l'emboîtage moderne de conservation).
8. Collection du Commandant Paul-Louis Weiller (1893-1993), industriel, philanthrope et collectionneur français. Le manuscrit fut vendu et catalogué dans Ancienne collection Paul-Louis Weiller. Vente IV.
Livres, autographes et manuscrits, Paris, Drouot (Gros et Delettrez), 8 avril 2011, lot. 547.
texte ff. 1-3v, Calendrier, avec deux mois par page, rédigé sur deux colonnes, à l'encre rouge, bleue, verte et or; relevons les saints tourangeaux suivants: Avertin (4 février), Grégoire (9 mars), Perpet (8 avril), Venant (19 avril), Martin (4 juillet et 11 novembre), Eustache (12 octobre), Brice (13 novembre), Maxime (15 décembre) et Gatien (18 décembre); ff. 5-6v, Extraits évangéliques; ff. 6-7v, Obsecro te; ff. 8-24v, Heures de la Vierge, avec matines (ff. 8-10); laudes (ff. 11-13v); prime (ff. 14-14v); tierce (ff. 15-15v); sexte (ff. 16-16v); none (ff. 17-17v); vêpres (ff. 18-19v); complies (ff. 20-24v).
ff. 25-29v, Psaumes de la Pénitence; ff. 30-37v, Office des Morts; ff. 38-38v, Heures de la Croix; ff. 39-39v, Heures du Saint-Esprit; ff. 40-44v, Suffrages: Michel, Jean-Baptiste, Pierre et Paul, Jacob, Stéphane, Laurent, Sébastien, Nicolas, Martin, Anne, Marie-Madeleine, Catherine, Barbara, Apolline.
illustration
Ce manuscrit compte 16 médaillons de camaïeu d'or rehaussé de peinture blanche, rose chair, rouge, jaune et bleue.
f. 4v, Les quatre évangélistes; peinture du XVIe siècle complétée au XVIIe siècle par un cartouche sur fond doré agrémenté de guirlandes de fleurs, de corbeilles de fruits et de drapés. Le médaillon des évangélistes est entouré par une couronne tressée comportant au-dessus un écu soutenu par deuvx putti contenant les armoiries de la famille Petau; f. 7, La Vierge à l'Enfant flanquée des symboles des quatre évangélistes; f. 7v, L'Ange de l'Annonciation; f. 10, La Vierge en prière; f. 10v, Visitation; f. 14, Nativité; f. 14v, Annonce aux Bergers; f. 16, Adoration des Mages; f. 16v, Présentation au Temple; f. 19, Fuite en Egypte; f. 19v, Couronnement de la Vierge; f. 29, David en pénitence; f. 29v, Job et ses amis; f. 38, Christ aux outrages; f. 38v, Pentecôte; f. 44, Assemblée des Saints; f. 44v, Médaillon final à décor végétal.
L'ensemble des peintures est due à un artiste tourangeau de tout premier ordre, un temps identifié comme Jean Bourdichon, auteur des enluminures des Grandes Heures d'Anne de Bretagne. Il est accepté aujourd'hui qu'il faut attribuer ces enluminures à un artiste tout aussi remarquable que Bourdichon, le Tourangeau Jean Poyer qui travailla à Tours entre 1490 et 1520 (voir Avril et Reynaud, 1993, pp. 306-323). L'oeuvre de Poyer - artiste novateur et expérimentateur - a été étudié par Mara Hofmann (2004) qui en a dressé le catalogue raisonné. Sur la palette de Poyer employée dans les Heures Petau, citons Hofmann: «Les Heures Petau, exécutées en camaïeu d'or, utilisent une autre variante fondée sur un coloris réduit.
La facture de ces miniatures se distingue par des hachures en or exprimant la lumière tandis que des hachures rouges définissent les parties ombrées. La chair rose est traitée avec des rehauts de rouge, de blanc et de bleu. Des couleurs tels que le jaune et le bleu clair servent également pour décrire les cheveux et les barbes» (Hofmann, 2016, p. 121).
La disposition des médaillons dans les Heures Petau est pour le moins exceptionnelle puisque Jean Poyer les a conçues par paires (recto-verso) au début et à la fin de chaque section des différentes divisions liturgiques, prévoyant les feuillets intercalés avec un évidement permettant une vision simultanée des deux peintures durant toute la récitation ou lecture du texte. Cette mise en page tout à fait remarquable et ingénieuse se retrouve dans un autre manuscrit exécuté par Jean Poyer, conservé par la Bibliothèque Royale de Copenhague, dit les Heures Thott mais dont les évidements sont en forme de losanges et non ronds (Copenhague, Bibliothèque royale, Thott 541.4). Les Heures Thott sont sans doute un peu plus traditionnelles et «chargées» dans leur réalisation avec des encadrements peints et des initiales ornées qui scandent le texte. Dans les Heures
Petau, le texte - parfaitement calibré - et les médaillons donnent une impression épurée, augmentant le pouvoir spirituel des images suscitant une piété affective chez le fidèle.
Hofmann (2016) a consacré un article au présent manuscrit, datant celui-ci de la dernière décennie du XVe siècle et le rapprochant des Heures Ladore qui présente des figures à mi-corps: «Cette formule permet d'attirer le regard sur les protagonistes figurés au premier plan» (Hofmann, 2016, p. 121). Hofmann rapproche la mise en page ingénieuse et finalement très moderne d'un type de livre pour enfants (sorte de livre à système) avec ce même jeu d'images qui se répondent au fil des pages et conclue: «Le fait que l'on trouve des solutions similaires uniquement au XXe siècle met en évidence l'ingéniosité de Jean Poyer qui était bien en avance sur son époque, non seulement par ses inventions picturales mais aussi pour son art de la mise en page» (Hofmann, 2016, p. 126).
C'est un manuscrit en tout point exceptionnel, réalisé par un artiste d'une grande originalité et qui a oeuvré pour un mécène pour l'heure inconnu, sans doute proche des cercles royaux, et qui osa une mise en page complexe et somme toute assez moderne.
bibliographie
Avril, F. et N. Reynaud, Les manuscrits à peintures en France, 1440- 1520, Paris, 1993.
Hofmann, Mara. «Un chef-d'oeuvre de Jean Poyer peu connu: les Heures Petau de la collection Weiller», in Art et société à Tours au début de la Renaissance, ed. M. Boudon-Machuel et P. Charron, 2016.
Hofmann, Mara, Jean Poyer: Das Gesamtwerk, Turnhout, 2004.
[Catalogue d'exposition]. Tours 1500, capitale des arts, 2012

La vente sera faite au comptant et conduite en Euros.
Les acquéreurs paieront, en sus des enchères des frais de 25% HT soit 30% TTC.
(Pour les livres uniquement : 25% HT soit 26,375% TTC).
Attention :
+ Lots faisant partie d’une vente judiciaire suite à une ordonnance du TC
honoraires acheteurs : 14.40 % TTC (pour les livres, 12,66 % TTC)
° Lots dans lesquels la SVV ou un de ses partenaires ont des intérêts financiers.
* Lots en importation temporaire et soumis à des frais de 5,5 % à la charge de
l’acquéreur en sus des frais de vente et du prix d’adjudication.
# Lots visibles uniquement sur rendez-vous
~ Lot fabriqué à partir de matériaux provenant d’espèces animales. Des
restrictions à l’importation sont à prévoir.
Le législateur impose des règles strictes pour l’utilisation commerciale des espèces
d’animaux inertes. La réglementation internationale du 3 Mars 1973 (CITES) impose
pour les différentes annexes une corrélation entre le spécimen et le document
prouvant l’origine licite. Ce règlement retranscrit en droit Communautaire Européen
(Annexes A/B/C) dans le Regle 338/97 du 9/12/1996 permet l’utilisation commerciale
des spécimens réglementés (CITES) sous réserve de présentation de documents
prouvant l’origine licite ; ces documents pour cette variation sont les suivants :
• Pour l’Annexe A : C/C fourni reprenant l’historique du spécimen (pour les spécimens
récents)
• Pour l’Annexe B : Les spécimens aviens sont soit bagués soit transpondés et
sont accompagnés de documents d’origine licite. Le bordereau d’adjudication de
cette vacation doit être conservé car il reprend l’historique de chaque spécimen.
Pour les spécimens récents protégés repris au Code de l’Environnement Français,
ils sont tous nés et élevés en captivité et bénéficient du cas dérogatoire de l’AM
du 14/07/2006. Ils peuvent de ce fait être utilisés commercialement au vu de la
traçabilité entre le spécimen et les documents justificatifs d’origine licite. Les autres
spécimens bénéficiant de datation antérieure au régime d’application (AM du
21/07/2015) peuvent de ce fait être utilisés commercialement.
Pour les spécimens antérieurs à 1947 présents sur cette vacation, ils bénéficient du
cas dérogatoire du Règle 338/97 du 9/12/1996 en son article 2 m permettant leur
utilisation commerciale. En revanche, pour la sortir de l’UE de ces spécimens un
Cites pré-convention est nécessaire. Pour les spécimens d’espèce chassables (CH)
du continent Européen et autres, l’utilisation commerciale est permise sous certaines
conditions. Pour les espèces dites domestiques (D) présentes dans cette vacation,
l’utilisation commerciale est libre. Pour les spécimens anciens dits pré-convention
(avant 1975) ils respectent les conditions de l’AM du 23/12/2011 et de ce fait, peuvent
être utilisés commercialement. Les autres spécimens de cette vacation ne sont pas
soumis à la réglementation (NR) et sont libres de toutes utilisations commerciales.
Le bordereau d’adjudication servira de document justificatif d’origine licite. Pour une
sortie de l’UE, concernant les Annexes I/A, II/B et III/C un CITES de réexport sera
nécessaire, celui-ci étant à la charge du futur acquéreur.
GARANTIES
Conformément à la loi, les indications portées au catalogue engagent la responsabilité
de la SAS Claude Aguttes et de son expert, compte tenu des rectifications annoncées
au moment de la présentation de l’objet portées au procès-verbal de la vente.
Les attributions ont été établies compte tenu des connaissances scientifiques et
artistiques à la date de la vente.
L’ordre du catalogue sera suivi.
Une exposition préalable permettant aux acquéreurs de se rendre compte de l’état
des biens mis en vente, il ne sera admis aucune réclamation une fois l’adjudication
prononcée. Les reproductions au catalogue des oeuvres sont aussi fidèles que
possible, une différence de coloris ou de tons est néanmoins possible. Les
dimensions ne sont données qu’à titre indicatif.
Le texte en français est le texte officiel qui sera retenu en cas de litige. Les descriptions
en anglais et les indications de dimensions en inches ne sont données qu’à titre
indicatif et ne pourront être à l’origine d’une réclamation.
L’état de conservation des oeuvres n’est pas précisé dans la catalogue, les acheteurs
sont donc tenus de les examiner personnellement avant la vente. Il ne sera admis
aucune réclamation concernant d’éventuelles restaurations une fois l’adjudication
prononcée.
Les rapports de conditions demandés à la SAS Claude Aguttes et à l’expert avant la
vente sont donnés à titre indicatifs. Ils n’engagent nullement leurs responsabilités
et ne pourront être à l’origine d’une réclamation juridique. En aucun cas, ils ne
remplacent l’examen personnel de l’oeuvre par l’acheteur ou par son représentant.
ENCHERES
Le plus offrant et dernier enchérisseur sera l’adjudicataire.
En cas de double enchère reconnue effective par le Commissaire-priseur, le lot sera
remis en vente, tous les amateurs présents pouvant concourir à cette deuxième mise
en adjudication.
Important : Le mode normal pour enchérir consiste à être présent dans la salle
de vente. Toutefois, nous acceptons gracieusement de recevoir des enchères par
téléphone d’un acquéreur potentiel qui se sera manifesté avant la vente. Notre
responsabilité ne pourra être engagée notamment si la liaison téléphonique n’est
pas établie, est établie tardivement, ou en cas d’erreur ou omissions relatives à la
réception des enchères par téléphone.
Nous acceptons gracieusement les ordres d’enchérir qui ont été transmis. Nous
n’engageons pas notre responsabilité notamment en cas d’erreur ou d’omission de
l’ordre écrit. En portant une enchère, les enchérisseurs assument la responsabilité
personnelle de régler le prix d’adjudication, augmenté des frais à la charge de
l’acheteur et de tous impôts ou taxes exigibles. Sauf convention écrite avec la SAS
Claude Aguttes, préalable à la vente, mentionnant que l’enchérisseur agit comme
mandataire d’un tiers identifié et agrée par la SAS Claude Aguttes, l’enchérisseur
est réputé agir en son nom propre. Nous rappelons à nos vendeurs qu’il est interdit
d’enchérir directement sur les lots leur appartenant.
RETRAIT DES ACHATS
Les lots qui n’auraient pas été délivrés le jour de la vente, seront à enlever sur rendezvous,
une fois le encaissé, à l’Hôtel des Ventes de Neuilly.
Contact pour le rendez-vous de retrait :
Gabrielle Grollemund, grollemund@aguttes.com, + 33 1 41 92 06 41.
Dans le cas où les lots sont conservés dans les locaux de l’Etude AGUTTES au-delà
d’un délai de quinze jours de stockage gracieux, ce dernier sera facturé 15€ par jour
de stockage coffre pour les bijoux ou montres d’une valeur < à 10 000 €, 30 €/ jour
pour les lots > à 10 000 €.
Il est conseillé aux adjudicataires de procéder à un enlèvement de leurs lots dans les
meilleurs délais afin d’éviter les frais de magasinage qui sont à leur charge.
Le magasinage n’entraîne pas la responsabilité du Commissaire-Priseur ni de l’expert
à quelque titre que ce soit.
Dès l’adjudication, l’objet sera sous l’entière responsabilité de l’adjudicataire.
L’acquéreur sera lui-même chargé de faire assurer ses acquisitions, et la SAS Claude
Aguttes décline toute responsabilité quant aux dommages que l’objet pourrait
encourir, et ceci dès l’adjudication prononcée.
Les lots seront délivrés à l’acquéreur en personne ou au tiers qu’il aura désigné et
à qui il aura confié une procuration originale et une copie de sa pièce d’identité.
Les formalités d’exportations (demandes de certificat pour un bien culturel, licence
d’exportation) des lots assujettis sont du ressort de l’acquéreur et peuvent requérir
un délai de 2 à 3 mois. L’étude est à la disposition de ses acheteurs pour l’orienter
dans ces démarches ou pour transmettre les demandes à la Direction des Musées
de France.
REGLEMENT DES ACHATS
Nous recommandons vivement aux acheteurs de nous régler par carte bancaire ou
par virement bancaire.
Conformément à l’article L.321-14 du code du commerce, un bien adjugé ne peut etre
délivré à l’acheteur que lorsque la société en à perçu le prix ou lorsque toute garantie
lui a été donnée sur le paiement du prix par l’acquéreur.
Moyens de paiement légaux acceptés par la comptabilité :
• Espèces : (article L.112-6 ; article L.112-8 et article L.112-8 al 2 du code monétaire
et financier)
· Jusqu’à 1 000 €
· Ou jusqu’à 10 000 € pour les particuliers qui ont leur domicile fiscal à l’étranger (sur
présentation de passeport)
• Paiement en ligne sur (jusqu’à 1500 €)
httP ://www.aguttes.com/paiement/index.jsp
• Virement : Du montant exact de la facture (les frais bancaire ne sont pas à la charge
de l’étude) provenant du compte de l’acheteur et indiquant le numéro de la facture.
Banque de Neuflize, 3 avenue Hoche 75008
Titulaire du compte : Claude AGUTTES SAS
Code Banque 30788 – Code guichet 00900
N° compte 02058690002 – Clé RIB 23
IBAN FR76 3078 8009 0002 0586 9000 223 –
BIC NSMBFRPPXXX
• Carte bancaire (sauf American Express et carte à distance)
• Chèque : (Si aucun autre moyen de paiement n’est possible)
· Sur présentation de deux pièces d’identité
· Aucun délai d’encaissement n’est accepté en cas de paiement par chèque
· La délivrance ne sera possible que vingt jours après le paiement
· Les chèques étrangers ne sont pas acceptés
Attention : pour les lots judiciaires, le virement sera à faire sur un autre compte qui
sera mentionné sur la facture.
DÉFAUT DE PAIEMENT
La SAS CLAUDE AGUTTES réclamera à l’adjudicataire défaillant des intérêts au taux
légal majoré de 5 points et le remboursement des coûts supplémentaires engagés
par sa défaillance, avec un minimum de 500€, incluant en cas de revente sur folle
enchère :
- la différence entre son prix d’adjudication et le prix d’adjudication obtenu lors de
la revente
- les coûts générés par ces nouvelles enchères
COMPÉTENCES LÉGISLATIVE ET JURIDICTIONNELLE
Conformément à la loi, il est précisé que toutes les actions en responsabilité civile
engagées à l’occasion des prisées et des ventes volontaires et judiciaires de meuble
aux enchères publiques se prescrivent par cinq ans à compter de l’adjudication ou
de la prisée. La loi française seule régit les présentes conditions générales d’achat.
Toute contestation relative à leur existence, leur validité, leur opposabilité à tout
enchérisseur et acquéreur, et à leur exécution sera tranchée par le tribunal compétent
du ressort de Paris (France).


Purchased lots will become available only after full payment has been made. The
sale will be conducted in Euros. In addition to the hammer price, the buyer agrees
to pay a buyer’s premium along with any applicable value added tax.
The buyer ’ s premi um is 25 % + VAT amount ing to
30 % (all taxes included) for all bids. Books (25% + VAT amounting to 26,375%).
NB :
+ Auction by order of the court further to a prescription of the court, buyers
fees 14,40% VTA included. Books (12,66% VTA included).
° Lots on which the auction house or its partners have a financial interest
* Lots in temporary importation and subject to a 5,5 % fee in addition to the
regular buyer’s fees stated earlier..
# An appointment is required to see the piece
~ This lot contains animal materials. Import restrictions are to be expected
and must be considered.
The legislator imposes strict rules for the commercial use of inert animal species.
The international regulations of March 3, 1973 (CITES) requires for different annexes
a correlation between the specimen and the documentation proving the origins to
be lawful. This regulation transcribed in European Community law (Annexes A/B/C)
in Rule 338/97 of 9/12/1996 permits commercial use of regulated specimens (CITES)
upon presentation of documentation proving lawful origin; these documents for
this variation are as follows:
• For Annex A : C/C provided outlining the specimen’s history (for specimens of
recent date)
• For Annex B : Bird specimens are either banded or equipped with transponders,
and are accompanied by documents of licit origin. The auction’s sale record must
be conserved as it contains the complete history of every specimen.
All cases concerning specimens of recent date that are protected under the French
Environmental Code and which were born and raised in captivity are permitted by
the derogation clause AM of 14/07/2006. As such, they can be used commercially
provided traceability between the specimen and the documentation proving licit
origins. Other specimen cases dating prior to clause AM of 21/07/2015 can, due
to this fact, be used commercially. Specimens dating before 1947 included in this
auction sale benefit from clause 2M of the derogatory Rule 228/97 of 9/12/1996,
permitting their use for trade. However, exporting them outside of the EU them
requires a pre-CITES Convention agreement.
For huntable species of the European continent and elsewhere, commercial use is
allowed under certain conditions. Domesticated species (D) included in this auction
sale are free for trade. Old specimens from before the Convention (i.e. before 1975)
comply with the conditions of the AM of 23/12/2011 and, as such, are free for trade.
The other specimens in this auction sale are not subject to NR regulations and
are free for commercial use and trade. The auction record will substantiate their
licit origin.
To leave the EU, with regards to the Annexes I/A, II/B et III/C, a CITES re-export
document at the expense of the acquirer will be necessary.
GUARANTEES
The SAS Claude Aguttes is bound by the indications stated in the catalogue,
modified only by announcements made at the time of the sale noted in the legal
records thereof.
Attributions were made according to scientific and artistic knowledge at the time
of the auction.
An exhibition prior to the sale permits buyers to establish the conditions of the
works offered for sale and no claims will be
accepted after the hammer has fallen. Some difference may appear between
the original work and its illustration, there will be no claims in such matter. The
dimensions are given only as an indication.
The condition of the works is not specified in the catalogue, buyers are required
to study them personally. No requests will be accepted concerning restorations
once the hammer has fallen.
Any condition report requested from SAS Claude Aguttes and the expert before
the sale is provided as an indication only.
It shall by no means incur their liability may not constitute a basis for legal claim
after the sale. It cannot replace a personal examination of the work by the buyer
or his representative.
BIDS
The highest and final bidder will be the purchaser.
Should the auctioneer recognise two simultaneous bids on one lot, the lot will be
put up for sale again and all those present in the saleroom may participate in this
second opportunity to bid.
Important : Bidding is typically conducted in the auction house. However, we may
graciously accept telephone bids from potential buyers who have made the request.
We bear no responsibility whatsoever in the case of uncompleted calls made too
late and/or technical difficulties with the telephone. We also accept absentee bids
submitted prior to the sale. We reserve the right to accept or deny any requests
for telephone or absentee bidding.
In carrying a bid, bidders assume their personal responsibility to pay the hammer
price as well as all buyer’s fees and taxes chargeable to the buyer. Unless a
written agreement established with Claude AGUTTES SAS, prerequisite to the
sale, mentioning that the bidder acts as a representative of a third party approved
by Claude AGUTTES SAS, the bidder is deemed to act in his or her own name.
We remind our sellers that bidding on their own items is forbidden.
COLLECTION OF PURCHASES
The lots not claimed on the day of the auction , can be retrieved at the Hôtel des
Ventes de Neuilly by appointment
You can contact Gabrielle Grollemund, grollemund@aguttes.com
+ 33 1 41 92 06 41 in order to organize the collection.
For lots placed in Aguttes warehouse buyers are advised that storage costs will be
charged 15€/ day for lots < € 10,000, and 30€/ day for lots > € 10,000.
Buyers are advised to collect successful lots as soon as possible to avoid handling
and storage costs which may be incurred at their expense.
The auctioneer is not responsible for the storage of purchased lots. If payment
is made by wire transfer, lots may not be withdrawn until the payment has been
cleared, foreign cheques are not accepted.
From the moment the hammer falls, sold items will become the exclusive
responsability of the buyer. The buyer will be solely responsible for the insurance,
L’Hôtel des Ventes de Neuilly assumes no liability for any damage to items which
may occur after the hammer falls.
The purchased lots will be delivred to the buyer in person. Should the buyer
wish to have his/her lot delivered to a third party the person must have a letter of
authorization along with a photocopy of the identity card of the buyer.
Export formalities can take 2 or 3 months to process and are within buyer’s province.
Please contact the Hôtel des ventes de Neuilly if you need more information
concerning this particular matter.
PAYMENT
We recommend that buyers pay by credit card or electronic bank transfer.
In compliance with Article L.321-14 of French commercial law, a property sold
at auction can be delivered to the buyer only once the auction firm has received
payment or complete guarantee of payment.
Legally accepted means of payment include:
• Cash (article L.112-6, L.112-8 and Article Article L.112-8 paragraph 2 of the Monetary
and Financial Code)
· max. € 1,000
· max. €10,000 for private individuals who have their tax domicile abroad (upon
presentation of a valid passport)
• Payment on line (max € 1,500)
httP ://www.aguttes.com/paiement/index.jsp
• Electronic bank transfer
The exact amount of the invoice from the buyer’s account and indicating the invoice
number. (Note: Bank charges are the buyer’s responsibility.)
Banque de Neuflize, 3 avenue Hoche 75008
Titulaire du compte : Claude AGUTTES SAS
Code Banque 30788 – Code guichet 00900
N° compte 02058690002 – Clé RIB 23
IBAN FR76 3078 8009 0002 0586 9000 223 –
BIC NSMBFRPPXXX
• Credit cards (except American Express and distance payment)
• Cheque (if no other means of payment is possible)
· Upon presentation of two pieces of identification
· Important: Delivery is possible after 20 days
· Cheques will be deposited immediately. No delays will be accepted.
· Payment with foreign cheques will not be accepted.
PAYMENT DEFAULT
In the event of late payment on winning bids SAS CLAUDE AGUTTES will claim
the legal rate of interest, plus five percent. A minimum fee of €500 will also be
due for any other costs incurred by reason of default, including the following in
the case of resale on false bidding:
- The difference between the price at which the lot was auctioned and the price
obtained at its resale;
- The costs incurred by new auctioning.
LAW AND JURISDICTION
In accordance with the law, it is added that all actions in public liability instituted
on the occasion of valuation and of voluntary and court-ordered auction sales are
barred at the end of five years from the hammer price or valuation. These Conditions
of purchase are governed by French law exclusively. Any dispute relating to their
existence, their validity and their binding effect on any bidder or buyer shall be
submitted to the exclusive jurisdiction of the Courts of France.

HEURES PETAU LIVRE D'HEURES À L'USAGE DE ROME En latin, manuscrit enluminé sur parchemin
France, Tours, vers 1495
Avec 16 médaillons en camaïeu d'or avec rehauts attribuées à Jean Poyer (actif 1490-1520) et une composition héraldique enluminée (XVIIe s.) rajoutée autour du premier médaillon (Armes de la famille Petau).
44 ff., complet, écriture à l'encre brune à l'imitation d'une humaniste italienne, texte sur deux colonnes, 33 lignes par page (justification: 105 x 170 mm), réglure à peine visible à la pointe sèche, rubriques en vert, abréviations
KL au calendrier à l'encre bleue et rouge, initiales peintes sur fond d'or, initiales peintes en rouge et en bleu (en alternance), capitales rehaussées de jaune, 16 médaillons (65 mm. de diamètre) en camaïeu d'or avec rehauts de couleurs, miniatures présentées en paires, cercles découpés (évidements) dans les feuillets qui ne contiennent pas de miniature pour permettre la vision des médaillons au fur et à mesure de la lecture.
Reliure de plein maroquin tabac orné sur les plats d'un décor estampé à la fanfare avec filets d'encadrement à froid, au centre les armes de la famille Rothschild et sa devise «Concordia-Industria-Integritas», contreplats doublés de maroquin rouge décorés (rel. signée Duru, datée 1856). Emboîtage moderne de plein maroquin bleu foncé.
Dimensions: 230 x 140 mm.
Ce chef d'oeuvre de l'enluminure tourangelle témoigne d'une maîtrise extraordinaire et prouesse de mise en page. Les médaillons sont désormais attribués à Jean
Poyer, artiste tourangeau d'une grande originalité.
provenance 1. Peint à Tours par Jean Poyer, pour un commanditaire non identifié. Au vu des clients et commanditaires connus de Jean
Poyer, il est probable que ce livre d'heures de luxe fut réalisé pour un membre du cercle royal, un grand serviteur ou un dignitaire religieux proche du pouvoir religieux. Jean
Poyer comptait parmi ses commanditaires
Anne de Bretagne et ses deux époux royaux (Charles VIII et Louis XII), Guillaume Briçonnet, Jacques de Beaune, la famille Lallemant etc.
(voir Hofmann, 2016, p. 127).
2. Famille Petau [Paul Petau (1568-1614) ou
Alexandre Petau (1610-1672)], avec leurs armoiries peintes rajoutées au XVIIe s. au feuillet qui contient le premier médaillon.
Les Petau étaient de grands collectionneurs de livres et d'archives. Au vu des dates, il doit sans doute s'agit d'Alexandre Petau. Les présentes Heures ont été baptisées «Heures
Petau» en l'honneur de ce premier propriétaire connu.
L'origine de la collection de Paul Petau se trouvait dans de fameuses bibliothèques du xvie siècle dispersées à la mort de leurs propriétaires: notamment celles de Jean
Grolier de Servières, de Claude Fauchet, de Jean Nicot. Une notable acquisition fut celle de la bibliothèque de Pierre Daniel, avocat orléanais, qu'il fit en 1604 conjointement avec Jacques Bongars. Paul et Alexandre
Petau ouvrirent largement leur bibliothèque aux savants du xviie siècle, comme Jacques
Sirmond ou André Duchesne, qui y trouvèrent certains des textes dont ils donnèrent la première édition. Les manuscrits de cette bibliothèque (appelés les Petaviani) furent acquis entre 1590 et 1659 (pour ceux dont la date d'acquisition est connue).
Alexandre Petau en possédait plus de 1 800 en 1650. Cette année-là, il en vendit près de 1 500 à la reine Christine de Suède (par l'intermédiaire de son bibliothécaire Isaac
Vossius). La collection de la reine passa à sa mort à la Bibliothèque du Vatican, où se trouvent aujourd'hui une grande part des anciens volumes des Petau. À la fin de sa vie, Alexandre Petau possédait une collection plus restreinte d'environ 300 manuscrits et incunables, et en 1669 Nicolas Clément en acheta vingt-deux pour la Bibliothèque du roi. Après sa mort, le reste de la collection (277 pièces selon le catalogue) fut vendu en plusieurs fois sur plusieurs décennies par ses héritiers, et une notable partie (quatrevingt- huit) fut acquise en 1720 par le bibliophile genevois Ami Lullin, qui à sa mort (1756) légua sa collection à la Bibliothèque municipale de Genève. Sur les Petau, voir:
Hippolyte Aubert, «Notices sur les manuscrits
Petau conservés à la bibliothèque de Genève (fonds Ami Lullin)», Bibliothèque de l'École des chartes, 70, 1909, pp. 247-; Karel Andriaan De Meyier, Paul en
Alexandre Petau en de Geschiedenis van hun Handschriften..., Leyde, 1947.
3. D'après une note du libraire américain
Kraus, le présent manuscrit semble avoir appartenu aussi au XVIIIe siècle à la famille Van Vooght de Bruges dont l'ex-libris gravé fut apposé sur un feuillet de garde volant.
4. Collection du Baron James de Rothschild (1792-1868), qui fait relier le manuscrit à ses armes.
5. Longue note de Paulin Paris (1800-1881), historien et érudit: «Ce manuscrit est d'un rare beauté. Je crois qu'il a été exécuté vers 1480 par un des meilleurs élèves du célèbre
Fouquet de Tours, peintre de Louis XI. Je ne connais pas d'exemple d'une pareille disposition: c'est-à-dire de médaillons tracés sur les deux côtés du même feuillet et attendant l'un et l'autre leur complément plus ou moins éloigné...» (note datée de 1855). Une autre note signée de Paul Durrieu (1855-1925), conservateur au Louvre et collectionneur identifie les armoiries Petau: «Ce manuscrit vient de la collection Petau».
6. Vente Paris, Palais Galliera, 24 juin 1968, lot. 9.
7. H.P. Kraus, libraire et galeriste (New York), jusqu'en 1974 et figure dans le catalogue
Monumenta Codicum Manu Scriptorum, New York, 1974, p. 105. Les médaillons étaient donnés par Kraus à Jean Bourdichon (comme l'indique le lettrage doré sur l'emboîtage moderne de conservation).
8. Collection du Commandant Paul-Louis Weiller (1893-1993), industriel, philanthrope et collectionneur français. Le manuscrit fut vendu et catalogué dans Ancienne collection Paul-Louis Weiller. Vente IV.
Livres, autographes et manuscrits, Paris, Drouot (Gros et Delettrez), 8 avril 2011, lot. 547.
texte ff. 1-3v, Calendrier, avec deux mois par page, rédigé sur deux colonnes, à l'encre rouge, bleue, verte et or; relevons les saints tourangeaux suivants: Avertin (4 février), Grégoire (9 mars), Perpet (8 avril), Venant (19 avril), Martin (4 juillet et 11 novembre), Eustache (12 octobre), Brice (13 novembre), Maxime (15 décembre) et Gatien (18 décembre); ff. 5-6v, Extraits évangéliques; ff. 6-7v, Obsecro te; ff. 8-24v, Heures de la Vierge, avec matines (ff. 8-10); laudes (ff. 11-13v); prime (ff. 14-14v); tierce (ff. 15-15v); sexte (ff. 16-16v); none (ff. 17-17v); vêpres (ff. 18-19v); complies (ff. 20-24v).
ff. 25-29v, Psaumes de la Pénitence; ff. 30-37v, Office des Morts; ff. 38-38v, Heures de la Croix; ff. 39-39v, Heures du Saint-Esprit; ff. 40-44v, Suffrages: Michel, Jean-Baptiste, Pierre et Paul, Jacob, Stéphane, Laurent, Sébastien, Nicolas, Martin, Anne, Marie-Madeleine, Catherine, Barbara, Apolline.
illustration
Ce manuscrit compte 16 médaillons de camaïeu d'or rehaussé de peinture blanche, rose chair, rouge, jaune et bleue.
f. 4v, Les quatre évangélistes; peinture du XVIe siècle complétée au XVIIe siècle par un cartouche sur fond doré agrémenté de guirlandes de fleurs, de corbeilles de fruits et de drapés. Le médaillon des évangélistes est entouré par une couronne tressée comportant au-dessus un écu soutenu par deuvx putti contenant les armoiries de la famille Petau; f. 7, La Vierge à l'Enfant flanquée des symboles des quatre évangélistes; f. 7v, L'Ange de l'Annonciation; f. 10, La Vierge en prière; f. 10v, Visitation; f. 14, Nativité; f. 14v, Annonce aux Bergers; f. 16, Adoration des Mages; f. 16v, Présentation au Temple; f. 19, Fuite en Egypte; f. 19v, Couronnement de la Vierge; f. 29, David en pénitence; f. 29v, Job et ses amis; f. 38, Christ aux outrages; f. 38v, Pentecôte; f. 44, Assemblée des Saints; f. 44v, Médaillon final à décor végétal.
L'ensemble des peintures est due à un artiste tourangeau de tout premier ordre, un temps identifié comme Jean Bourdichon, auteur des enluminures des Grandes Heures d'Anne de Bretagne. Il est accepté aujourd'hui qu'il faut attribuer ces enluminures à un artiste tout aussi remarquable que Bourdichon, le Tourangeau Jean Poyer qui travailla à Tours entre 1490 et 1520 (voir Avril et Reynaud, 1993, pp. 306-323). L'oeuvre de Poyer - artiste novateur et expérimentateur - a été étudié par Mara Hofmann (2004) qui en a dressé le catalogue raisonné. Sur la palette de Poyer employée dans les Heures Petau, citons Hofmann: «Les Heures Petau, exécutées en camaïeu d'or, utilisent une autre variante fondée sur un coloris réduit.
La facture de ces miniatures se distingue par des hachures en or exprimant la lumière tandis que des hachures rouges définissent les parties ombrées. La chair rose est traitée avec des rehauts de rouge, de blanc et de bleu. Des couleurs tels que le jaune et le bleu clair servent également pour décrire les cheveux et les barbes» (Hofmann, 2016, p. 121).
La disposition des médaillons dans les Heures Petau est pour le moins exceptionnelle puisque Jean Poyer les a conçues par paires (recto-verso) au début et à la fin de chaque section des différentes divisions liturgiques, prévoyant les feuillets intercalés avec un évidement permettant une vision simultanée des deux peintures durant toute la récitation ou lecture du texte. Cette mise en page tout à fait remarquable et ingénieuse se retrouve dans un autre manuscrit exécuté par Jean Poyer, conservé par la Bibliothèque Royale de Copenhague, dit les Heures Thott mais dont les évidements sont en forme de losanges et non ronds (Copenhague, Bibliothèque royale, Thott 541.4). Les Heures Thott sont sans doute un peu plus traditionnelles et «chargées» dans leur réalisation avec des encadrements peints et des initiales ornées qui scandent le texte. Dans les Heures
Petau, le texte - parfaitement calibré - et les médaillons donnent une impression épurée, augmentant le pouvoir spirituel des images suscitant une piété affective chez le fidèle.
Hofmann (2016) a consacré un article au présent manuscrit, datant celui-ci de la dernière décennie du XVe siècle et le rapprochant des Heures Ladore qui présente des figures à mi-corps: «Cette formule permet d'attirer le regard sur les protagonistes figurés au premier plan» (Hofmann, 2016, p. 121). Hofmann rapproche la mise en page ingénieuse et finalement très moderne d'un type de livre pour enfants (sorte de livre à système) avec ce même jeu d'images qui se répondent au fil des pages et conclue: «Le fait que l'on trouve des solutions similaires uniquement au XXe siècle met en évidence l'ingéniosité de Jean Poyer qui était bien en avance sur son époque, non seulement par ses inventions picturales mais aussi pour son art de la mise en page» (Hofmann, 2016, p. 126).
C'est un manuscrit en tout point exceptionnel, réalisé par un artiste d'une grande originalité et qui a oeuvré pour un mécène pour l'heure inconnu, sans doute proche des cercles royaux, et qui osa une mise en page complexe et somme toute assez moderne.
bibliographie
Avril, F. et N. Reynaud, Les manuscrits à peintures en France, 1440- 1520, Paris, 1993.
Hofmann, Mara. «Un chef-d'oeuvre de Jean Poyer peu connu: les Heures Petau de la collection Weiller», in Art et société à Tours au début de la Renaissance, ed. M. Boudon-Machuel et P. Charron, 2016.
Hofmann, Mara, Jean Poyer: Das Gesamtwerk, Turnhout, 2004.
[Catalogue d'exposition]. Tours 1500, capitale des arts, 2012

 
Vente terminée

Estimation
Titre de la vente
Date de la vente
Date d'exposition
Opérateur de vente

Vivre

l'Art passionnément !

Contact
Hôtel des ventes mythique, Drouot est la première place d'enchères en France. Ouvert à toutes et à tous, l'institution est le lieu de rendez-vous incontournable des amateurs d'art. Que vous soyez néophyte ou connaisseur exigeant, vous pourrez vibrer au rythme de l'actualité du marché de l'art, découvrir les annonces de vente, les résultats, participer aux événements... Restez connecté à ce lieu unique grâce à notre agenda des ventes et des expositions, et explorez tout l'univers de ce monde captivant via notre guide et le catalogue des services.
Vivez l'art passionnément !