Home > 10 • LITTÉRATURE • LIVRES... > Lot: 185

Lot n° 185

MANUSCRIT autographe, Aux manes de Mlle de
Lespinasse, 22 juillet 1776; 20 pages petit in-4, montées sur onglets et interfoliées, reliées en un volume petit in-4 maroquin rouge, double encadrement de palmettes et fleurons sur les plats, titre doré sur le plat sup., dos orné (Devauchelle).
Magnifique et émouvant témoignage du chagrin de d'Alembert à la mort de Julie de LESPINASSE (23 mai 1776), et de son désespoir de découvrir l'amour malheureux de son amie pour le comte de
GUIBERT.
«Cette lettre inachevée à Julie de Lespinasse, écrite deux mois après sa mort, est l'un des textes le plus beaux et les plus déchirants du XVIIIe siècle. Retrouvé dans les papiers de d'Alembert après son décès, ce pur sanglot d'amour pour la femme de sa vie est d'une force d'autant plus poignante qu'elle n'était pas destinée à publication. Le prestigieux savant européen y met son coeur à nu avec une sincérité et une authenticité rarement atteintes. C'est à l'absente adorée qu'il parle d'elle, de lui et de leur relation gâchée, comme il n'a pas pu le faire avant qu'elle ne meure» (Élisabeth Badinter).
Le manuscrit présente des ratures et corrections, ainsi que des additions marginales.
«O vous, qui ne pouvez plus m'entendre, vous que j'ai si tendrement & si constamment aimée, vous dont j'ai cru etre aimé quelques momens, vous que j'ai preférée à tout, vous qui m'auriez tenu lieu de tout si vous l'aviez voulu; helas ! S'il peut vous rester encore quelque sentiment dans ce sejour de la mort après lequel vous avez tant soupiré, & qui bientôt sera le mien, voyez mon malheur et mes larmes, la solitude de mon âme, le vuide affreux que vous y avez fait, et l'abandon cruel où vous me laissez. Mais pourquoi vous parler de la solitude où je me vois depuis que vous n'etes plus ! Ah ! mon injuste et cruelle amie, il n'a pas tenu à vous que cette solitude accablante n'ait commencé pour moi dans le temps où vous existiez encore.
Pourquoi me repetiez vous dix mois avant votre mort que j'etois toujours ce que vous cherissiez le plus, l'objet le plus necessaire à votre bonheur, le seul qui vous attachât à la vie, lorsque vous etiez à la veille de me prouver si cruellement le contraire ? Par quel motif, que je ne puis ni comprendre, ni soupçonner, ce sentiment si doux pour moi, que vous eprouviez peut être encore dans le dernier moment où vous m'en avez assuré, s'est il changé tout à coup en éloignement et en aversion ? Qu'avois-je fait pour vous déplaire ? Que ne vous plaigniez vous à moi, si vous aviez à vous en plaindre ? vous auriez vu le fond de mon coeur, de ce coeur qui n'a jamais cessé d'être à vous, lors même que vous en doutiez, et que vous le rebutiez avec tant de dureté et de secheresse ? Ou plutôt, ma chere Julie (car je ne pouvois avoir de tort avec vous) aviez vous avec moi quelque tort que j'ignorois, et que j'aurois eu tant de douceur à vous pardonner si je l'avois scu ?»... Il n'a pas osé solliciter sa confiance, ces derniers mois, craignant sa froideur, craignant encore plus d'aggraver son état affaibli, et, comme Phèdre, il s'est privé de ses pleurs...
Il a fait une découverte cruelle, en exécutant ses dernières volontés.
«Pourquoi ne m'avez vous pas ordonné de bruler sans l'ouvrir, ce manuscrit funeste, [...] qui m'a appris que depuis huit ans au moins je n'etois plus le premier objet de votre coeur, malgré toute l'assurance que vous m'en aviez si souvent donnée ? Qui peut m'assurer après cette affligeante lecture, que pendant les huit ou dix autres années que je me suis cru tant aimé de vous, vous n'avez pas encore trompé ma tendresse ? Helas ! n'ai-je pas eu sujet de le croire, lorsque j'ai vu, que dans cette multitude immense de lettres que vous m'avez chargé de bruler, vous n'en aviez pas gardé une seule des miennes ? [...] Pourquoi dans ce testament dont vous m'avez fait le malheureux éxécuteur, avez vous laissé à un autre ce qui devoit m'etre le plus cher, ces manuscrits qui vous auroient rappellée sans cesse à moi, et où il y avoit tant de choses ecrites de ma main et de la vôtre ? [...]
Adieu, adieu, pour jamais (helas ! pour jamais) ma chere et infortunée
Julie ? Ces deux titres m'interessent bien plus que vos fautes à mon égard ne peuvent m'offenser; jouissez enfin (& pour mon malheur jouissez sans moi) de ce repos que mon amour et mes soins n'ont pu vous procurer pendant votre vie. Helas ! pourquoi n'avez-vous pu m'aimer ni etre aimée en paix ! [...] Pourquoi a til fallu que l'amour, fait pour adoucir aux autres les maux de la vie, fut le tourment et le desespoir de la vôtre ? [...] Vous me faites eprouver, ma chere Julie, que le plus grand malheur n'est pas de pleurer ce qu'on aimoit, mais de pleurer ce qui ne nous aimoit plus, et ce que pourtant on ne peut plus retrouver. Helas ! j'ai perdu avec vous seize ans de ma vie; qui remplira et consolera le peu d'années qui me restent !»...
Il évoque avec émotion le souvenir de sa nourrice, qui eût su le consoler de cette solitude amère, et rappelle douloureusement tout ce qui le rapprochait de Julie: «Tous deux sans parens, sans famille, ayant eprouvé des le moment de notre naissance l'abandon, le malheur et l'injustice, la nature sembloit nous avoir mis au monde pour nous chercher, pour nous tenir l'un à l'autre lieu de tout, pour nous servir d'appui mutuel, comme deux roseaux qui battus par la tempête se soutiennent en s'attachant l'un à l'autre. Pourquoi avez vous cherché d'autres appuis ?»... Il ne lui reste qu'une espérance, et un «pressentiment secret, qui penetre et adoucit mon ame, m'avertit que cette fin n'est pas éloignée. Mais hélas ! quand je fermerai mes yeux pour la derniere fois, ils ne retrouveront plus les vôtres, ils n'en verront pas même qui donnent des pleurs a mes derniers momens.
Adieu, adieu, ma chere Julie, car ces yeux que je voudrois fermer pour toujours se remplissent de larmes en traçant ces dernieres lignes, et je ne vois plus le papier sur lequel je vous écris»...
Ancienne collection R.G. [Robert GÉRARD] (19-20 juin 1996, n° 2).

BIBLIOGRAPHIE
Lettres de Mademoiselle de Lespinasse, écrites depuis l'année 1773, jusqu'à l'année 1773... Nouvelle édition augmentée de l'éloge de Mlle de Lespinasse, sous le nom d'Élisa, par M. de Guibert, et de deux opuscules, de d'Alembert (Paris, Ménard et Desenne fils, 1815). - Philippe de Flers, Thierry Bodin, L'Académie française au fil des lettres (Gallimard, Musée des lettres et manuscrits, 2010, p. 149-153, avec notice de Mme Élisabeth Badinter).

La vente sera faite au comptant et conduite en Euros.
Les acquéreurs paieront, en sus des enchères des frais de 25% HT soit 30% TTC.
(Pour les livres uniquement : 25% HT soit 26,375% TTC).
Attention :
+ Lots faisant partie d’une vente judiciaire suite à une ordonnance du TC
honoraires acheteurs : 14.40 % TTC (pour les livres, 12,66 % TTC)
° Lots dans lesquels la SVV ou un de ses partenaires ont des intérêts financiers.
* Lots en importation temporaire et soumis à des frais de 5,5 % à la charge de
l’acquéreur en sus des frais de vente et du prix d’adjudication.
# Lots visibles uniquement sur rendez-vous
~ Lot fabriqué à partir de matériaux provenant d’espèces animales. Des
restrictions à l’importation sont à prévoir.
Le législateur impose des règles strictes pour l’utilisation commerciale des espèces
d’animaux inertes. La réglementation internationale du 3 Mars 1973 (CITES) impose
pour les différentes annexes une corrélation entre le spécimen et le document
prouvant l’origine licite. Ce règlement retranscrit en droit Communautaire Européen
(Annexes A/B/C) dans le Regle 338/97 du 9/12/1996 permet l’utilisation commerciale
des spécimens réglementés (CITES) sous réserve de présentation de documents
prouvant l’origine licite; ces documents pour cette variation sont les suivants :
• Pour l’Annexe A : C/C fourni reprenant l’historique du spécimen (pour les spécimens
récents)
• Pour l’Annexe B : Les spécimens aviens sont soit bagués soit transpondés et
sont accompagnés de documents d’origine licite. Le bordereau d’adjudication de
cette vacation doit être conservé car il reprend l’historique de chaque spécimen.
Pour les spécimens récents protégés repris au Code de l’Environnement Français,
ils sont tous nés et élevés en captivité et bénéficient du cas dérogatoire de l’AM
du 14/07/2006. Ils peuvent de ce fait être utilisés commercialement au vu de la
traçabilité entre le spécimen et les documents justificatifs d’origine licite. Les autres
spécimens bénéficiant de datation antérieure au régime d’application (AM du
21/07/2015) peuvent de ce fait être utilisés commercialement.
Pour les spécimens antérieurs à 1947 présents sur cette vacation, ils bénéficient du
cas dérogatoire du Règle 338/97 du 9/12/1996 en son article 2 m permettant leur
utilisation commerciale. En revanche, pour la sortir de l’UE de ces spécimens un
Cites pré-convention est nécessaire. Pour les spécimens d’espèce chassables (CH)
du continent Européen et autres, l’utilisation commerciale est permise sous certaines
conditions. Pour les espèces dites domestiques (D) présentes dans cette vacation,
l’utilisation commerciale est libre. Pour les spécimens anciens dits pré-convention
(avant 1975) ils respectent les conditions de l’AM du 23/12/2011 et de ce fait, peuvent
être utilisés commercialement. Les autres spécimens de cette vacation ne sont pas
soumis à la réglementation (NR) et sont libres de toutes utilisations commerciales.
Le bordereau d’adjudication servira de document justificatif d’origine licite. Pour une
sortie de l’UE, concernant les Annexes I/A, II/B et III/C un CITES de réexport sera
nécessaire, celui-ci étant à la charge du futur acquéreur.
GARANTIES
Conformément à la loi, les indications portées au catalogue engagent la responsabilité
de la SAS Claude Aguttes et de son expert, compte tenu des rectifications annoncées
au moment de la présentation de l’objet portées au procès-verbal de la vente.
Les attributions ont été établies compte tenu des connaissances scientifiques et
artistiques à la date de la vente.
L’ordre du catalogue sera suivi.
Une exposition préalable permettant aux acquéreurs de se rendre compte de l’état
des biens mis en vente, il ne sera admis aucune réclamation une fois l’adjudication
prononcée. Les reproductions au catalogue des oeuvres sont aussi fidèles que
possible, une différence de coloris ou de tons est néanmoins possible. Les
dimensions ne sont données qu’à titre indicatif.
Le texte en français est le texte officiel qui sera retenu en cas de litige. Les descriptions
en anglais et les indications de dimensions en inches ne sont données qu’à titre
indicatif et ne pourront être à l’origine d’une réclamation.
L’état de conservation des oeuvres n’est pas précisé dans la catalogue, les acheteurs
sont donc tenus de les examiner personnellement avant la vente. Il ne sera admis
aucune réclamation concernant d’éventuelles restaurations une fois l’adjudication
prononcée.
Les rapports de conditions demandés à la SAS Claude Aguttes et à l’expert avant la
vente sont donnés à titre indicatifs. Ils n’engagent nullement leurs responsabilités
et ne pourront être à l’origine d’une réclamation juridique. En aucun cas, ils ne
remplacent l’examen personnel de l’oeuvre par l’acheteur ou par son représentant.
ENCHERES
Le plus offrant et dernier enchérisseur sera l’adjudicataire.
En cas de double enchère reconnue effective par le Commissaire-priseur, le lot sera
remis en vente, tous les amateurs présents pouvant concourir à cette deuxième mise
en adjudication.
Important : Le mode normal pour enchérir consiste à être présent dans la salle
de vente. Toutefois, nous acceptons gracieusement de recevoir des enchères par
téléphone d’un acquéreur potentiel qui se sera manifesté avant la vente. Notre
responsabilité ne pourra être engagée notamment si la liaison téléphonique n’est
pas établie, est établie tardivement, ou en cas d’erreur ou omissions relatives à la
réception des enchères par téléphone.
Nous acceptons gracieusement les ordres d’enchérir qui ont été transmis. Nous
n’engageons pas notre responsabilité notamment en cas d’erreur ou d’omission de
l’ordre écrit. En portant une enchère, les enchérisseurs assument la responsabilité
personnelle de régler le prix d’adjudication, augmenté des frais à la charge de
l’acheteur et de tous impôts ou taxes exigibles. Sauf convention écrite avec la SAS
Claude Aguttes, préalable à la vente, mentionnant que l’enchérisseur agit comme
mandataire d’un tiers identifié et agrée par la SAS Claude Aguttes, l’enchérisseur
est réputé agir en son nom propre. Nous rappelons à nos vendeurs qu’il est interdit
d’enchérir directement sur les lots leur appartenant.
RETRAIT DES ACHATS
Les lots qui n’auraient pas été délivrés le jour de la vente, seront à enlever sur rendezvous,
une fois le encaissé, à l’Hôtel des Ventes de Neuilly.
Contact pour le rendez-vous de retrait :
Gabrielle Grollemund, grollemund@aguttes.com, + 33 1 41 92 06 41.
Dans le cas où les lots sont conservés dans les locaux de l’Etude AGUTTES au-delà
d’un délai de quinze jours de stockage gracieux, ce dernier sera facturé 15€ par jour
de stockage coffre pour les bijoux ou montres d’une valeur < à 10 000 €, 30 €/ jour
pour les lots > à 10 000 €.
Il est conseillé aux adjudicataires de procéder à un enlèvement de leurs lots dans les
meilleurs délais afin d’éviter les frais de magasinage qui sont à leur charge.
Le magasinage n’entraîne pas la responsabilité du Commissaire-Priseur ni de l’expert
à quelque titre que ce soit.
Dès l’adjudication, l’objet sera sous l’entière responsabilité de l’adjudicataire.
L’acquéreur sera lui-même chargé de faire assurer ses acquisitions, et la SAS Claude
Aguttes décline toute responsabilité quant aux dommages que l’objet pourrait
encourir, et ceci dès l’adjudication prononcée.
Les lots seront délivrés à l’acquéreur en personne ou au tiers qu’il aura désigné et
à qui il aura confié une procuration originale et une copie de sa pièce d’identité.
Les formalités d’exportations (demandes de certificat pour un bien culturel, licence
d’exportation) des lots assujettis sont du ressort de l’acquéreur et peuvent requérir
un délai de 2 à 3 mois. L’étude est à la disposition de ses acheteurs pour l’orienter
dans ces démarches ou pour transmettre les demandes à la Direction des Musées
de France.
REGLEMENT DES ACHATS
Nous recommandons vivement aux acheteurs de nous régler par carte bancaire ou
par virement bancaire.
Conformément à l’article L.321-14 du code du commerce, un bien adjugé ne peut etre
délivré à l’acheteur que lorsque la société en à perçu le prix ou lorsque toute garantie
lui a été donnée sur le paiement du prix par l’acquéreur.
Moyens de paiement légaux acceptés par la comptabilité :
• Espèces : (article L.112-6; article L.112-8 et article L.112-8 al 2 du code monétaire
et financier)
· Jusqu’à 1 000 €
· Ou jusqu’à 10 000 € pour les particuliers qui ont leur domicile fiscal à l’étranger (sur
présentation de passeport)
• Paiement en ligne sur (jusqu’à 1500 €)
httP ://www.aguttes.com/paiement/index.jsp
• Virement : Du montant exact de la facture (les frais bancaire ne sont pas à la charge
de l’étude) provenant du compte de l’acheteur et indiquant le numéro de la facture.
Banque de Neuflize, 3 avenue Hoche 75008
Titulaire du compte : Claude AGUTTES SAS
Code Banque 30788 – Code guichet 00900
N° compte 02058690002 – Clé RIB 23
IBAN FR76 3078 8009 0002 0586 9000 223 –
BIC NSMBFRPPXXX
• Carte bancaire (sauf American Express et carte à distance)
• Chèque : (Si aucun autre moyen de paiement n’est possible)
· Sur présentation de deux pièces d’identité
· Aucun délai d’encaissement n’est accepté en cas de paiement par chèque
· La délivrance ne sera possible que vingt jours après le paiement
· Les chèques étrangers ne sont pas acceptés
Attention : pour les lots judiciaires, le virement sera à faire sur un autre compte qui
sera mentionné sur la facture.
DÉFAUT DE PAIEMENT
La SAS CLAUDE AGUTTES réclamera à l’adjudicataire défaillant des intérêts au taux
légal majoré de 5 points et le remboursement des coûts supplémentaires engagés
par sa défaillance, avec un minimum de 500€, incluant en cas de revente sur folle
enchère :
- la différence entre son prix d’adjudication et le prix d’adjudication obtenu lors de
la revente
- les coûts générés par ces nouvelles enchères
COMPÉTENCES LÉGISLATIVE ET JURIDICTIONNELLE
Conformément à la loi, il est précisé que toutes les actions en responsabilité civile
engagées à l’occasion des prisées et des ventes volontaires et judiciaires de meuble
aux enchères publiques se prescrivent par cinq ans à compter de l’adjudication ou
de la prisée. La loi française seule régit les présentes conditions générales d’achat.
Toute contestation relative à leur existence, leur validité, leur opposabilité à tout
enchérisseur et acquéreur, et à leur exécution sera tranchée par le tribunal compétent
du ressort de Paris (France).

Experience

art passionately!

Contact
The iconic Hôtel Drouot is the leading auction place in France. Open to all, the institution is a key marketplace for art connoisseurs. Whether you are a demanding collector or not, you will be able to keep up with the latest art market news, browse the upcoming sales and main results, take part in events... Stay connected to this unique place through our auctions and exhibitions calendars, and explore the unique universe of this fascinating world through our guide and variety of services.
Experience art passionately!