MANUSCRITS LIVRES ANCIENS ET MODERNES

Vente : mercredi 17 octobre 2012 - 14:00
Salle 2 - Drouot-Richelieu - 9, rue Drouot 75009 Paris
Live
Maison de vente
Tajan
Tél. 01 53 30 30 30
Lots phares
357 Résultats

Tous les lots

Lot n° 2 - [Affaires d'Espagne]. Auguste PELLETIER. 1780-1834. Comte de La Garde. Brouillon de correspondance avant chiffrage, au vicomte de Montmorency. Madrid, mars-avril 1822. 12 pp. in-folio, nbses ratures et correction. Minutes de lettres du comte de La Garde, ministre de Louis XVIII auprès du Roi d'Espagne, adressées au vicomte de Montmorency, sous forme de 3 dépêches autographes abondamment corrigées avant chiffrage; cette correspondance, tout en évoquant la situation troublée en Espagne au moment du Trieno Constitucional, rend compte des entrevues secrètes avec le roi Ferdinand pour rétablir un régime absolutiste, et des discussions pour une intervention française dans la Péninsule. 21 mars 1822: (...) Le roi avait été affligé du silence que j'avais gardé sur une prochaine intervention armée dont il paraitrait toujours se flatter (...). 18 avril 1822: (...) Je pensais que le moment actuel pouvant être un des moins opportuns pour le Gouvernement français d'intervenir dans les affaires d'Espagne, il était nécessaire de ne pas laisser s'engager ici d'entreprise pour le succès desquelles cette intervention fut mise en première ligne; tel a été le principal objet de mon voyage à Aranjuey (...). J'exposais au Roi que (...) tout se fondait exclusivement sur les secours de la France (...) Je cherchais à lui insinuer en même tems que la circonstance actuelle n'était pas du plus favorable, et qu'il serait à désirer que la clôture de la session présente laissant au Gouvernement la latitude indispensable pour fixer toute son attention (...). S.M. entra facilement dans ces considérations et j'eux lieu de me convaincre que quoiqu'on eût dit, Elle n'était point si résolu à une levée de bouclier (...) Ce dont j'ai pu m'assurer, c'est que si on n'est point d'accord sur l'opportunité de l'entrée en Espagne d'une armée française, on l'est davantage sur la salutaire influence de sa présence à sa frontière, comme propre à tenir en bride l'audace des anarchistes. Le roi me reparla aussi d'Egusa qui lui mandait n'avoir pas reçu les secours pécuniaires demandés pour lui. Il lui faudrait 5 millions de réaux, ajouta S.M. (...). Enfin, je vis que sans avoir rien adopté, S.M. avait favorablement accueilli divers apperçus tendant les uns à se retirer sur Pampelune ou Santôna, les autres à marcher sur Madrid avec une partie dévouée de sa Garde (...). Il me semble plus prudent de temporiser et de confier les destinées de ce Royaume à l'action plus lente mais moins hazardée du bénéfice du tems sur l'esprit monarchique (...). 22 avril 1822: Après avoir donné son avis sur l'incapacité de l'entourage du Roi d'Espagne, l'ambassadeur s'explique sur sa position; (...) je crois devoir dorénavent éloigner toute aventure de contre-révolution. La favoriser, c'est accumuler des charbons ardents sur la tête du Roi (...). En convenant qu'un régime constitutionnel n'est pas un besoin pour l'Espagne à son degré de civilisation actuel, c'est néanmoins une nécessité temporaire. Les maux de deux ans de révolution ont beaucoup affaibli les ressentimens des 6 années précédentes. Mais rien n'effacera la frayeur de leur retour (...)

[Affaires d'Espagne]. Auguste PELLETIER. 1780 1834. Comte de La Garde. Brouillon de correspondance avant chiffrage, au vicomte de Montmorency. Madrid, mars avril 1822. 12 pp. In fo…

Lot n° 3 - [Conquête de l'Algérie]. Boniface de CASTELLANE. 1788-1862. Maréchal de France. 9 minutes aut. de lettres adressées à Canrobert. Au Q.G. de Perpignan, 1844-1845. Environ 22 pp. in-8 et in-4, nbses ratures et corrections. Brouillon d'une correspondance privée en grande partie consacrée à la conquête de l'Algérie, par Castellane, général commandant la Division de Perpignan, adressée à Canrobert chef de bataillon des Chasseurs d'Orléans puis lieutenant-colonel dans l'infanterie de ligne, engagé dans la région de Constantine en Algérie. Intéressante discussion, circonstanciée au grès des événements militaires et des échos de la conquête en France, dans laquelle le général Castellane met en doute le système de colonisation du maréchal Bugeaud; Tout est calme aux environs d'Orléansville. Il est fâcheux que les travaux des routes empêchent de s'occuper de l'instruction militaire. Voilà Mgr le Duc d'Aumale en expédition. L'été ne se passera pas, j'en suis persuadé, sans qu'il soit nommé Gouverneur général; je le désire pour l'armée sous tous les rapports (...). Dès 1844, il suspecte le remplacement de Bugeaud par le duc d'Aumale qui sera nommé vice-roi; discussion à propos de l'attaque des marocains contre les troupes du général Lamoricière et contestant les méthodes de Bugeaud; il est difficile de modérer l'ardeur de fanatiques qu'on a excités. Il n'est nullement douteux qu'Abd-el- Kader ne s'efforce de soulever les tribus soumises de l'Algérie (...). Les affaires confirment ce que j'avais dit; le système suivi par le Mal Bugeaud ne pouvait amener que des soumissions provisoires; il poursuit à propos de l'intervention de Guizot, puis concernant le blocage fait par Bugeaud pour l'avancement de son fils Pierre et celui de Canrobert; de nombreux détails sur l'embarquement des troupes et l'envoi de troupes pour l'Algérie; donnant des conseils sur les plans d'opération du colonel Canrobert, en particulier sur les marches de nuit, etc. Mention des généraux Changarnier, Sébastiani, Valée, Cubières, quelques observations sur les événements politiques en Espagne, en particulier sur le soulèvement de la Catalogne, à Solsona et Berga, évoquant le voyage de la Reine Isabelle, etc. Joint la copie d'une lettre au duc d'Orléans concernant l'avancement de Canrobert

[Conquête de l'Algérie]. Boniface de CASTELLANE. 1788 1862. Maréchal de France. 9 minutes aut. De lettres adressées à Canrobert. Au Q.G. De Perpignan, 1844 1845. Environ 22 pp. In …

Lot n° 6 - [Conquête de l'Algérie]. Elie FOREY. 1804-1872. Maréchal de France, vainqueur de Montebello. 9 L.A.S. au général de Castellane. 1840-1844. 29 pp. in-4, adresse avec marques postales au verso de la plupart. Importante correspondance du futur maréchal de France sur la conquête de l'Algérie, offrant de très belles pages sur la lutte contre les guerriers d'Abd-el-Kader et la soumission du pays; concernant sa nomination en 1840 aux Chasseurs d'Afrique sous le commandement du duc d'Orléans, avec qui il s'occupe de la réorganisation des troupes; sur la préparation des expéditions militaires et à propos du tracé de la carte de Philippeville à Alger; les rumeurs de sa nomination aux Zouaves et le jugement sévère de Forey contre la nomination de Saint- Arnaud; description de l'état des troupes et sur l'installation sous tente au camp de Blidah en mai 1842; préparant une expédition contre Abd-el-Kader dans la vallée du Chétif; (...) nos courses jusqu'ici ont été des ravitaillemens ou des transports de vivre à Médéah et à Miliana pour l'expédition que nous allons faire. Le gal Changarnier a trouvé l'occasion par son activité et des espions fidèles de faire quelques razias qui ont enlevé aux Arabes de 5 à 6 mille têtes de bétail et de 7 à 8 cents prisonniers surtout en femmes et en enfants. La misère est grande dans les tribus, et n'était la crainte d'être châtiées par les lieutenants d'Abd-el-Kader, plusieurs auraient fait leur soumission. Une grande preuve de misère, c'est le renvoi que vient de faire l'Emir de tous les prisonniers français qu'il ne pouvait plus nourrir (...). Les Arabes voulaient leur couper la tête, mais Abd-el-Kader s'y est opposé formellement (...). Les troupes rompus déjà aux fatigues par les courses précédentes, sont en très bon état; malheureusement, les chaleurs commencent et les maladies avec elles (...). Son régiment doit faire sa jonction avec le gouverneur parti de Mostaganem; Douera, juillet 1843: des courses constantes et lointaines (...) m'ont empêché de vous donner des nouvelles d'Afrique (...). De nouvelles colonnes sont en marche en ce moment, et je ne pense pas que l'on nous accorde un long repos. Vous avez su la prise ou plutôt la surprise de la Smala. Je ne suis certes pas de ceux qui pensent qu'un Prince ne peut pas faire aussi bien (...) mais je trouve que pour une époque si constitutionnelle, quand on a renversé un trône à coup de pavés, il y a encore de bien plat courtisan. Ainsi, ces drapeaux dont on vient de faire tant de bruit on été pris dans une tente et n'ont pas coûté une goutte de sang sur 20 à 25 mille individus qui ne demandaient qu'à être pris (...). Si ça été un coup porté à la puissance d'Abd-el-Kader, cela n'a été qu'un coup moral. Du côté de l'Ouarensenis, nous avons fait une campagne fructueuse, en sillonnant les montagnes difficiles, en combattant avec succès les restes de bandes régulières de l'Emir ou de ses kalifats, et en les poursuivant jusque sur les rochers qu'ils regardaient comme inaccessibles. Le blocus du grand pic où après un combat assez chaud qui a couté la vie à notre colonel, nous avons pris par la soif et la famine une immense population avec tous ses troupeaux, est un fait d'armes très remarquable (...); à propos des inspections du général Changarnier, mentionnant les noms du général Pelet, des colonels Canrobert, d'Espinoy, Eynard, etc.; descriptions des opérations de l'automne 1843 dans la région des montagnes dans le pays des Sendjers, l'oued Fodda et les territoires de Beni Bou Douan, l'organisation des trois colonnes chargées de s'opposer à la marche d'Abd-el-Kader; (...) Aussitôt que les colonnes ont eu pénétré dans les montagnes, les chefs qui jusqu'alors étaient restés insoumis ou hostiles se sont rendus soit au camp du gouverneur, soit aux nôtres; et tous même les plus hostiles, et de ce nombre est Bel Zeltouir qui commandait les 5 ou 6 mille Kabyles qui ont combattus contre nous le 19 septembre 1842 dans l'oued Fodda, sont venus dire qu'ils abandonnaient la cause de l'Emir (...); sur la poursuite d'Abd-el-Kader dans le Djaffra par les généraux Lamoricière et Dedean; à propos de l'avancement des généraux d'Arbouville et de Fezensac en 1844, les discussions de paix entre Abd-el-Kader et le Roi des Français par l'intermédiaire de l'Empereur de Maroc, etc. Notre petite colonie de Tenat-el-Haad est en voie de prospérité. Nous venons d'avoir un froid rigoureux (...) Aussi les lions qui sont assez communs sont descendus des montagnes et les Arabes en ont tué plusieurs qu'ils ont apportés au camp. Nous en avons même mangé, afin de laisser bien loin Mr Alexandre Dumas avec ses bifteck d'ours (...); annonçant en août 1844, la défaite des troupes marocaines par le maréchal Bugeaud, la situation des troupes en Algérie, le commandement de Saint-Arnaud; le retour à la guerre en octobre avec la révolte des tributs fanatiques de Ben Salem et Bel Cassem, très longue relation des opérations sanglantes dans les montagnes, évoquant les intrigues au sein de l'état major du gouverneur, etc. Joint la copie d'une lettre du maréchal de Castellane apportant son soutien auprès du général Forey en 1852, concernant la condamnation du général Deshorties pour excès de pouvoir

[Conquête de l'Algérie]. Elie FOREY. 1804 1872. Maréchal de France, vainqueur de Montebello. 9 L.A.S. Au général de Castellane. 1840 1844. 29 pp. In 4, adresse avec marques postale…

Vivre

l'Art passionnément !

Contact
Hôtel des ventes mythique, Drouot est la première place d'enchères en France. Ouvert à toutes et à tous, l'institution est le lieu de rendez-vous incontournable des amateurs d'art. Que vous soyez néophyte ou connaisseur exigeant, vous pourrez vibrer au rythme de l'actualité du marché de l'art, découvrir les annonces de vente, les résultats, participer aux événements... Restez connecté à ce lieu unique grâce à notre agenda des ventes et des expositions, et explorez tout l'univers de ce monde captivant via notre guide et le catalogue des services.
Vivez l'art passionnément !